Etats-Unis : Au coeur du pays, les inondations submergent les agriculteurs

PLUIE L'état d'urgence a été déclaré dans 81 comtés sur 93 au Nebraska

J.D. avec AFP

— 

Le Nebraska subit des inondations depuis deux mois
Le Nebraska subit des inondations depuis deux mois — KENT SIEVERS/AP/SIPA

Si le mois de mai est pluvieux en France, la situation est encore bien pire outre-atlantique. Les agriculteurs de l’Etat rural du Nebraska (centre des Etats-Unis) luttent depuis deux mois contre des inondations exceptionnelles, qui ont détruit des champs entiers, perturbés les moissons et retardent les semis. Le bétail est lui aussi sévèrement touché, entre animaux morts dans les inondations et ceux rendus malades par les eaux sales.

Enfin, dernier élément de ce scénario catastrophe, énormément de routes sont bloquées. Des ponts, des barrages et des digues ont cédé sous la force des eaux de la rivière Missouri coupant l’accès à certaines localités et à de nombreux services et infrastructures publics.

Un emploi sur quatre lié à l’agriculture

« Il y a 93 comtés dans le Nebraska et l’état d’urgence a été déclaré dans 81 comtés, ce qui inclut 104 villes et cinq réserves indiennes. Au total 85 % de l’Etat du Nebraska a été affecté soit par les inondations, soit par le blizzard de mi-mars », explique Steve Wellman, le directeur du département de l’Agriculture.

Les dommages sont estimés à 400 millions pour les éleveurs de bétail et 440 millions de dollars pour les céréaliers. Dans cet Etat, troisième producteur de maïs et deuxième d’éthanol aux Etats-Unis, l’agriculture est le premier secteur économique : un emploi sur quatre est lié au secteur.

La guerre commerciale de Trump impacte aussi les revenus

Face à cette détresse, différentes aides ont été annoncées dont un étalement des échéances, le rééchelonnement de la durée des prêts, la possibilité de les renégocier et une diminution du taux d’emprunt…

Ces inondations tombent au moment où les revenus des agriculteurs sont en baisse, de l’ordre de 50 % depuis 2013, tandis que leurs dettes ont augmenté d’un tiers atteignant des niveaux inédits depuis les années 80.

Cette précarisation, alimentée par une chute des prix des matières premières agricoles, est exacerbée par le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, destination clé pour les récoltes américaines : les ventes de soja américain ont plongé de 75 % en 2018 comparé à 2017, selon l’American Soybean Association (ASA).