Plus de dix millions de signatures pour demander la destitution de Trump

ETATS-UNIS Deux élus démocrates ont mis la pression au Congrès, alors que le bras de fer sur un témoignage de Robert Mueller continue

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche (illustration).
Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche (illustration). — Evan Vucci/AP/SIPA

Le message est passé. Des parlementaires démocrates et plusieurs organisations progressistes ont présenté jeudi à Washington des pétitions rassemblant, au total, plus de dix millions de signatures pour demander au Congrès qu’il lance une procédure de destitution contre le président républicain Donald Trump.

Devant le Capitole, siège du Congrès, et un panneau proclamant « Trump doit partir », deux élus de la Chambre des représentants, Rashida Tlaib et Al Green, et plusieurs représentants d’associations comme MoveOn et Women’s March ont présenté une clé USB rassemblant les signatures.

« Nous tenons dans nos mains dix millions de raisons d’être ici aujourd’hui », a lancé Al Green. « Face à notre époque, à cette époque remarquablement sombre pour notre pays, il est temps, selon moi, de se battre », a renchéri Rashida Tlaib, qui appelle à la destitution de Donald Trump depuis des mois.

Siégeant à la chambre basse depuis janvier, elle avait introduit dès mars une résolution appelant la commission judiciaire à enquêter pour déterminer si le président avait commis des faits justifiant l’ouverture d’une procédure de destitution.

« Crise constitutionnelle », selon Nancy Pelosi

Face à l’aile progressiste du parti, les chefs démocrates tempèrent toutefois, en martelant qu’une procédure de destitution, impopulaire dans les sondages, pourrait profondément diviser le pays alors que les élections de 2020 approchent. D’autant que face à la Chambre, à majorité démocrate, le Sénat, chargé du « procès » dans une procédure de destitution, reste contrôlé par les républicains et acquitterait certainement Donald Trump.

Mais depuis plusieurs semaines, la situation s’est tendue entre les démocrates et la Maison Blanche, qui refuse de coopérer avec plusieurs enquêtes parlementaires car elle estime que leurs demandes sont injustifiées et motivées par des intérêts politiques. « La décision de Trump et de son administration d’ignorer leur serment » en ne coopérant pas avec le Congrès « a déclenché une crise constitutionnelle », a ainsi affirmé jeudi la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi. Mais elle a du même souffle encore écarté la perspective d’une procédure de destitution, tant que les enquêtes parlementaires ne seraient pas bouclées.

Les démocrates continuent de tenter de faire témoigner Robert Mueller, l’ex-procureur spécial chargé d’enquêter sur la Russie et la campagne de Donald Trump. S’il a blanchi le président américain sur la collusion, il a refusé de trancher sur la question d’obstruction à la Justice. Après s’être opposé à un témoignage de Mueller, le président américain a indiqué jeudi qu’il laisserait son ministre de la Justice, Bill Barr, décider.