La Corée du Nord a tiré deux missiles, affirme la Corée du Sud

STRATEGIE Il s’agit de la deuxième série de tirs effectués en moins d’une semaine par le pays

20 Minutes avec AFP

— 

Un passant dans les rues de Pyongyang en Corée du Nord.
Un passant dans les rues de Pyongyang en Corée du Nord. — Ed JONES / AFP

La Corée du Nord aurait tiré deux missiles « à courte portée » lors des tirs effectués ce jeudi, a indiqué l’armée sud-coréenne dans un communiqué.

Pour la seconde fois en moins d’une semaine, Pyongyang a procédé jeudi à « un ou plusieurs » tirs de projectiles quelques heures après l’arrivée à Séoul de l’émissaire américain pour la Corée du Nord.

Les négociations de dénucléarisation entre Washington et Pyongyang en suspens

Selon l’armée sud-coréenne, ces tirs ont été effectués depuis Sino-ri, une base militaire en fonction depuis plusieurs décennies et située à 77 kilomètres au nord-ouest de la capitale, a annoncé l’armée sud-coréenne dans un communiqué. Ces tirs interviennent quelques jours après un exercice militaire, samedi en Corée du Nord, au cours duquel plusieurs projectiles, dont un missile à courte portée d’après les experts, ont été tirés.

Ils ont aussi eu lieu quelques heures après l’arrivée à Séoul de Stephen Biegun, représentant spécial américain pour la Corée du Nord. L’émissaire doit rencontrer plusieurs responsables sud-coréens pour discuter des moyens de relancer les négociations de dénucléarisation entre Washington et Pyongyang en suspens. Ils doivent aussi aborder la question de l’aide alimentaire qui doit être envoyée par Séoul à son voisin du nord.

Un « exercice de routine » selon Pyongyang

Concernant les tirs qui ont eu lieu samedi dernier, les images publiées par les médias nord-coréens montrent un engin similaire au missile russe Iskander à un étage, d’après les experts. Il ressemble à une arme présentée par la Corée du Nord lors d’un défilé militaire l’année dernière, au moment où s’amorçait la détente sur la péninsule. Pyongyang a, de son côté, indiqué que l’exercice avait impliqué « plusieurs lance-roquettes à longue portée et armes tactiques guidées ». Il s’agissait d’un « exercice de routine » qui s’est déroulé dans nos eaux territoriales et les projectiles ne constituaient aucune menace pour les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon, a affirmé un responsable nord-coréen.

Lors de la rencontre historique avec le président américain Donald Trump en juin 2018 à Singapour, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un s’était engagé à « travailler vers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». Mais les deux dirigeants se sont quittés en février au Vietnam sur un désaccord. Kim Jong Un réclamait une levée des sanctions trop importante aux yeux de Donald Trump, en échange d’un début de dénucléarisation jugé trop timide.