Royaume-Uni: Les élections européennes se tiendront même en cas d'accord sur le Brexit

ECHEANCE La Première ministre, Theresa May, s’était engagée à annuler les élections européennes en cas d’adoption de l’accord de Brexit

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation à Londres pour un nouveau vote sur le Brexit, le 23 mars 2019.
Manifestation à Londres pour un nouveau vote sur le Brexit, le 23 mars 2019. — Niklas HALLE'N / AFP

Même si les députés britanniques adoptent d’ici le 23 mai un accord de Brexit, les élections européennes se tiendront au Royaume-Uni, a confirmé le vice-Premier ministre David Lidington, ce mardi.

La Première ministre, Theresa May, s’était engagée à annuler les élections européennes en cas d’adoption de l’accord de Brexit.

Un accord de Brexit avant l’été ?

« Mais étant donné le peu de temps qu’il reste (…), il n’est malheureusement pas possible d’achever le processus législatif avant la date légale des élections européennes », a expliqué David Lidington. Car même si l’accord de Brexit était adopté par le parlement britannique, il devrait ensuite être ratifié. « Nous espérions vraiment que la question de la sortie serait réglée et que ces élections n’aient pas à se tenir », a-t-il ajouté.

Alors que la date du Brexit, qui devait avoir lieu le 29 mars, a été reportée deux fois – avec une nouvelle date butoir fixée au 31 octobre​ –, le gouvernement veut « redoubler d’effort et de dialogue avec tous les députés » pour que le report du Brexit soit « aussi court que possible », et intervienne avant la pause parlementaire estivale qui démarre le 20 juillet, a encore dit David Lidington.

Les députés européens élus siégeront pour la première fois le 2 juillet

« Idéalement, nous voudrions que les députés européens (élus par les Britanniques) n’aient jamais à siéger », a-t-il souligné. Le Parlement européen, issu des élections organisées du 23 au 26 mai à travers l’Union européenne, doit siéger pour la première fois le 2 juillet.

Le gouvernement conservateur de Theresa May est engagé depuis plus d’un mois dans des discussions avec l’opposition travailliste pour tenter d’aboutir à un consensus afin de faire adopter l’accord de Brexit, conclu avec Bruxelles fin novembre mais rejeté trois fois par le parlement britannique.