Italie : Le maire de Naples accuse la série Gomorra de faire augmenter la délinquance

MAFIA « Interrogeons-nous sur les épisodes de violences qui augmentent les soirs de diffusion de la série Gomorra », a lancé Luigi de Magistris à la radio

20 Minutes avec agences

— 

Luigi de Magistris est maire de Naples depuis huit ans.
Luigi de Magistris est maire de Naples depuis huit ans. — Luigi Mistrulli/SIPA

Pour le maire de Naples, Luigi de Magistris, cela ne fait aucun doute : chaque nouvel épisode de la série télévisée Gomorra entraîne le soir même une recrudescence de la délinquance dans sa ville. « Interrogeons-nous sur les épisodes de violences qui augmentent les soirs de diffusion de la série Gomorra », a-t-il affirmé ce lundi matin à la radio.

Selon cet ancien magistrat, élu sous une étiquette de gauche, cette fiction sur la mafia napolitaine donne le mauvais exemple aux jeunes, fascinés par les « symboles du mal et de la violence » qu’ils y trouvent. Adaptée du best-seller mondial de l’écrivain et journaliste Roberto Saviano, la série montre de manière crue et violente le quotidien de la Camorra.

Une fillette de 4 ans blessée par balle

Maire de Naples depuis 8 ans, Luigi de Magistris avait déjà par le passé critiqué le travail de l’écrivain, lui reprochant de faire de la mafia son fonds de commerce. En 2017, répondant aux critiques de Saviano quant à sa gestion de la ville, le maire avait écrit sur Facebook : « Saviano, tu fais ton beurre sur le dos de Naples et des Napolitains ».

Il y a quelques jours encore, une fillette de 4 ans a été grièvement blessée par balle lors d’un règlement de compte entre mafieux dans les rues de la ville, provoquant une vive émotion en Italie. « Si au moins les mafieux se tuaient entre eux sans embêter les gens » a réagi ce dimanche à Florence le ministre de l’intérieur Matteo Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite).

« Plus vite nous nous débarrasserons d’un ministre de ce genre, plus vite les choses s’arrangeront, a rétorqué lundi Luigi de Magistris. C’est de l’aide de l’Etat dont nous avons besoin, et Salvini ne fait que de la propagande ».