Incendie d'un avion en Russie: La foudre peut-elle provoquer un crash?

ACCIDENT Le pilote de l’avion d'Aeroflot qui s’est embrasé, dimanche soir à l’aéroport Chermetievo de Moscou, a mis en cause les conditions météorologiques difficiles

Manon Aublanc

— 

Un avion Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot s'est embrasé dimanche à l'aéroport Chermetievo de Moscou, faisant 41 morts.
Un avion Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot s'est embrasé dimanche à l'aéroport Chermetievo de Moscou, faisant 41 morts. — HO / RUSSIAN INVESTIGATIVE COMMITEE / AFP
  • Un avion Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot a pris feu, ce dimanche, après un atterrissage d’urgence à l’aéroport Chermetievo de Moscou, en Russie.
  • Sur les 78 passagers, 41 personnes sont décédées et 9 autres ont été hospitalisées. Trois d’entre eux se trouvent dans un état grave.
  • Selon le commandant de bord et plusieurs passagers, l’avion a été touché par la foudre peu après son décollage.
  • Les deux « boîtes noires » de l’appareil ont été retrouvées et transmises aux autorités qui ont ouvert une enquête pour déterminer les causes de l’accident. Le président Vladimir Poutine a présenté ses condoléances aux proches des victimes.

La foudre est-elle à l’origine de l'incendie du Soukhoï Superjet 100 de la compagnie Aeroflot ? C’est l’hypothèse avancée, ce lundi, par Denis Evdokimov, le pilote de l’avion qui a pris feu, ce dimanche, sur le tarmac de l’aéroport Chermetievo de Moscou, en Russie, faisant 41 morts et 9 blessés.

Si les circonstances exactes de l’accident n’ont pas encore été déterminées, le commandant de bord a expliqué qu’il avait effectué un atterrissage d’urgence après avoir perdu une partie du matériel de bord en raison de la foudre. La foudre peut-elle être mise en cause ? La foudre peut-elle entraîner l’arrêt des systèmes de commande d’un avion ? Pour répondre à ces questions, 20 Minutes a interrogé deux spécialistes de l’aéronautique.

Un avion peut-il être touché par la foudre ?

Pour Hubert Arnould, directeur de la société de conseil spécialisée en navigabilité et sécurité aérienne Iaco, «les avions sont touchés par la foudre de manière très régulière, c’est tout à fait habituel ». Si les impacts de foudre sur les avions sont « assez fréquents », ajoute Bertrand Vilmer, président du cabinet Icare et expert de justice en aéronautique, «  ils ne représentent aucun danger pour les passagers ».

Quelles peuvent en être les conséquences ?

« Dans la plupart des cas, il n’y a aucune conséquence pour l’appareil », explique Hubert Arnoult. « La foudre peut détériorer un avion, mais jamais de manière catastrophique », enchaîne Bertrand Vilmer, qui ajoute : « Les avions sont faits pour prendre la foudre, ça ne peut pas déclencher de panne catastrophique, c’est-à-dire une panne qui conduit l’appareil à se crasher. »

Comment les avions résistent-ils à l’impact de la foudre ? Grâce à la cage de Faraday. La carlingue de l’avion fait office de cage de Faraday, qui protège ses occupants contre les dangers d’électrocution provenant d’une décharge atmosphérique, telle que la foudre. « La carlingue est entourée d’une espèce de treillis conducteur. Quand la foudre frappe l’avion, l’énergie est dissipée à l’extérieur, elle s’évacue dans les airs et ne pénètre pas dans l’avion », détaille Bertrand Vilmer.

La foudre ne peut pas avoir de conséquences sur les circuits de commandes de l’avion, expliquent les experts. En revanche, « elle peut entraîner des conséquences sur le système radioélectrique, donc les radios et le système électronique », ajoute l’expert en aéronautique.

Quelles sont les mesures prises par les constructeurs pour protéger les appareils de la foudre ?

Avant de pouvoir voler au milieu des éclairs en toute sécurité, les appareils doivent répondre aux exigences des agences de régulation en charge de la certification. « Au moment de la certification d’un avion, il y a un cahier des charges à respecter, et notamment tout un nombre d’exigences réglementaires de résistance à la foudre », note Bernard Arnoult.

« Dans toutes les certifications, il y a une partie calcul, une partie simulation et une partie réelle. La partie simulation peut être réalisée avec des maquettes ou dans des chambres spéciales qui reproduisent les conditions. Pour la partie réelle, on fait voler l’avion en conditions de foudre, avec des pilotes usines et des pilotes d’essai pour vérifier que l’appareil résiste entièrement aux impacts de foudre », détaille Bertrand Vilmer.

Quelles peuvent être les causes de l’incendie du Soukhoï Superjet 100 ?

« Le vol Su-1492 a décollé comme prévu à 18h02 (15h02 GMT). Après le décollage, l’équipage a rapporté une anomalie et pris la décision de revenir à l’aéroport de départ », a indiqué l’aéroport russe dans un communiqué publié dimanche soir. « A 18h30, l’appareil a effectué un atterrissage d’urgence, après quoi le feu s’est déclaré. »

Pour Bertrand Vilmer, la foudre n’est pas à l’origine de l’incendie du Soukhoï Superjet 100, mais « c’est la cause racine, c’est-à-dire la cause qui a entraîné une séquence d’événements ayant conduit à l’accident », selon lui, ajoutant : « L’incendie est lié au choc de la queue sur la piste d’atterrissage. » « Il n’y a pas eu de problèmes de moteur ou de commandes car l’avion fonctionnait assez pour atterrir, l’accident est donc probablement dû à un problème de technicité du pilote, qui a mal conduit son atterrissage », poursuit l’expert de justice en aéronautique.

Toulouse: un nouveau système anti-foudre pour les avions