Maroc: Le procès des assassins présumés des deux Scandinaves reporté

JUSTICE Louisa Vesterager Jespersen et son amie Maren Ueland ont été égorgées et décapitées en décembre dernier dans les montagnes de l’Atlas

20 Minutes avec agences

— 

Louisa Vesterager Jespersen et Maren Uelan ont été tuées le 17 décembre 2018 au Maroc.
Louisa Vesterager Jespersen et Maren Uelan ont été tuées le 17 décembre 2018 au Maroc. — FACEBOOK/AFP

Le procès des assassins présumés de deux jeunes touristes scandinaves, tuées au Maroc au nom de Daesh, a été renvoyé au 16 mai prochain. Celui-ci venait juste de s’ouvrir ce jeudi à Salé, ville jumelle de la capitale Rabat.

Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et son amie Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été égorgées et décapitées dans la nuit du 16 au 17 décembre dernier alors qu’elles campaient sur un site isolé du Haut-Atlas.

Un avocat veut demander la peine de mort

Au total, 24 accusés, dont les trois meurtriers présumés, ont brièvement comparu devant la chambre criminelle de la cour d’appel pour « apologie du terrorisme », « atteinte à la vie de personnes avec préméditation » ou « constitution de bande terroriste ». Les avocats ont demandé un renvoi d’audience pour mieux prendre connaissance du dossier.

Khalid Elfataoui, l’avocat des parents d’une des victimes, a indiqué qu’il comptait demander la peine de mort « même si les pays d’origine des victimes y sont par principe opposés ». Des condamnations à la peine capitale sont toujours prononcées au Maroc, mais un moratoire est appliqué depuis 1993 et son abolition est en débat.

Vingt-quatre personnes accusées

Parmi les accusés figure Abdessamad Ejjoud, 25 ans, chef présumé du groupe déjà condamné pour avoir tenté de rejoindre l’EI en Syrie. Younes Ouaziyad, 27 ans et Rachid Afatti, 33 ans, sont tous les deux soupçonnés d’avoir participé avec lui à la tuerie. Un quatrième homme, Abderrahim Khayali, serait parti avec eux dans la montagne mais il serait rentré chercher une planque à Marrakech peu avant le passage à l’acte, selon l’accusation.

Vingt autres prévenus âgés de 20 à 51 ans sont accusés d’avoir adhéré à une « cellule terroriste » fondée par Abdessamad Ejjoud pour mener des attaques au Maroc. Parmi eux un Hispano-Suisse, Kevin Zoller Guervos, âgé de 25 ans. Surnommé « Abdellah » ou « Yahya », ce converti est accusé d’avoir appris aux principaux suspects à utiliser une messagerie cryptée, de « les avoir entraînés au tir » dans une salle de paintball, d’avoir participé à leurs réunions et planifié avec eux des attaques jamais mises en oeuvre.

Des « ennemis d’Allah »

Le sort de deux jeunes Scandinaves avait suscité une grande émotion en décembre dernier. Elles partageaient le même appartement, suivaient les mêmes études en Norvège et voyageaient ensemble au Maroc pour leurs vacances. Leur périple s’est arrêté au pied des cimes enneigées du Toubkal, le plus haut sommet d’Afrique du Nord.

Une vidéo montrant la décapitation de l’une d’elles avait été diffusée sur les réseaux sociaux après la découverte des corps. Dans cette séquence, on entend un des tueurs parler d'« ennemis d’Allah » et de « revanche » pour des « frères » en Syrie. Une autre vidéo montrait ensuite les trois meurtriers présumés et un de leurs compagnons prêtant allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’EI. Les principaux suspects avaient finalement été arrêtés alors qu’ils tentaient de quitter Marrakech en autocar.