Etats-Unis: Toujours plus de signalements d'agressions sexuelles dans l'armée américaine

VIOLENCES SEXUELLES Une hausse telle que le chef du Pentagone a annoncé que le harcèlement sexuel serait désormais reconnu comme un crime

J.D. avec AFP

— 

Armée américaine, illustration.
Armée américaine, illustration. — Kevork Djansezian afp.com

Le nombre d’agressions sexuelles dans l' armée américaine a encore augmenté en 2018, une hausse qui a conduit le chef du Pentagone Patrick Shanahan à annoncer ce jeudi que le harcèlement sexuel serait dorénavant un crime pour la justice militaire.

Selon un rapport annuel du Pentagone, le nombre de cas d’agressions et de crimes sexuels porté à la connaissance des autorités militaires s’est établi à 7.623, en hausse de 13 % par rapport à 2017.

Seulement un tiers des agressions déclarés

C’est toujours dans l’unité d’élite des Marines que le nombre de signalements a augmenté le plus nettement (+23 %), tandis qu’il progressait de 16,6 % dans l’armée de Terre, de 7 % dans l’US Navy et de 4,3 % dans l’armée de l’Air.

Mais un tiers seulement des cas d’agression sexuelle sont déclarés par les victimes, une proportion similaire aux années précédentes, précise ce rapport du bureau de prévention et de traitement des agressions sexuelles (SAPR) du ministère américain de la Défense, qui estime le nombre réel d’agressions sexuelles dans l’armée à 20.500, dont 13.000 femmes.

Plus de femmes dans l’armée

Pendant cette période, la proportion des femmes dans les forces armées a légèrement augmenté, passant de 16,3 % fin 2017 à 16,6 % fin décembre 2018.

Selon une autre mesure effectuée tous les deux ans, 6,2 % des femmes en service actif ont déclaré avoir été victimes l’année précédente d’agressions sexuelles contre 4,3 % en 2016. Pour les hommes la proportion n’a pas bougé depuis deux ans, à 0,7 %.

Le harcèlement reconnu comme un crime

« Pour parler franchement, nous ne répondons pas aux critères moraux que nous nous sommes fixés et à nos propres attentes, a jugé Patrick Shanahan dans un communiqué. C’est inacceptable. Il est hors de question de reculer devant l’obstacle. Nous devons faire, et nous ferons, mieux que ça. »

Le ministre de la Défense par intérim a donc chargé la justice militaire de faire du harcèlement sexuel un crime, au même titre que les agressions sexuelles.