Boeing 737 MAX: Virgin Australia repousse de deux ans la livraison de 48 avions

SECURITE Depuis mi-mars, tous les Boeing 737 MAX ont interdiction de voler dans le monde entier

20 Minutes avec AFP

— 

Un Boeing 737 Max 8 aux Etats-Unis (image d'illustration).
Un Boeing 737 Max 8 aux Etats-Unis (image d'illustration). — JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Nouveau désaveu pour Boeing. Alors que ses avions restent cloués au tarmac partout dans le monde, la compagnie Virgin Australia a annoncé ce mardi avoir reporté la livraison d’une commande de 48 Boeing 737 MAX. Les premiers exemplaires de cet appareil ne seront pas livrés avant l’été 2021, en raison d’inquiétudes sur la sécurité après deux accidents mortels impliquant ce modèle récemment.

L’accident d’un vol d’Ethiopian Airlines qui suivait celui d’un appareil de Lion Air en Indonésie a provoqué depuis la mi-mars l’immobilisation au sol à travers le monde de toute la flotte des 737 MAX. Au total, 346 passagers et membres d’équipage ont été tués. La compagnie australienne à bas coût, qui appartient au groupe Virgin, a déclaré dans un communiqué qu’elle reportait la livraison de ses premiers avions de novembre 2019 à juillet 2021.

Une commande modifiée

« La sécurité est toujours la priorité numéro un de Virgin Australia. Comme nous l’avions dit auparavant, nous n’allons pas inclure de nouveaux appareils dans notre flotte tant que nous ne serons pas complètement certains de leur sécurité », a déclaré le directeur général de la compagnie Paul Scurrah dans un communiqué. « Nous sommes certains que Boeing est déterminé à remettre les 737 MAX en service en toute sécurité et en tant que partenaire de longue date de Boeing, nous allons travailler avec eux durant ce processus », a-t-il ajouté.

Virgin précise également avoir modifié sa commande, substituant un certain nombre de 737 MAX 8 à des MAX 10, tout en maintenant le nombre total d’appareils à 48. Cette annonce coïncide avec une assemblée générale des actionnaires du constructeur américain qui ont voté leur confiance à son PDG Dennis Muilenburg. Celui-ci a été soumis à une avalanche de questions portant sur la conception et la certification du système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les deux accidents.

Boeing a défendu la conception de son appareil, expliquant qu’une multitude de facteurs pouvait contribuer aux accidents. L’agence fédérale de l’aviation (FAA) doit effectuer prochainement un essai en vol pour tester la mise à jour du MCAS sur laquelle travaille Boeing, selon l’avionneur. Boeing, qui chiffre à un milliard de dollars jusqu’à présent le coût de l’immobilisation des 737 MAX, espère que ce modèle va reprendre du service en juillet.