«Premier signe de retrait» des troupes russes de Géorgie

DIPLOMATIE La Russie reste cependant présente militairement dans les deux territoires séparatistes et a conclu ce mardi des accords avec l'Ossétie du Sud et l’Abkhazie lui permettant d'y posséder des bases militaires…

20 minutes.fr (avec agence)
— 
La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des deux régions séparatistes de Géorgie, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, ce qui a suscité un tollé en Occident.
La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des deux régions séparatistes de Géorgie, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, ce qui a suscité un tollé en Occident. — AFP

Après la signature d'un accord entre l'UE et la Russie, ce lundi, 20minutes.fr fait le point sur la situation dans le Caucase. 

Début de retrait des troupes russes de Géorgie

Lundi, la Russie s'est engagée à retirer, dans un premier temps et en une semaine, cinq barrages installés près du port stratégique de Poti, dans l'ouest du pays, à plus d'une vingtaine de km au sud de l'Abkhazie. De premiers résultats sont constatés ce mardi. Les troupes russes ont quitté le village de Ganmoukhouri près de l'Abkhazie (nord-ouest), a annoncé un porte-parole du ministère géorgien de l'Intérieur, Chota Outiachvili. C’est un «premier signe de retrait», a-t-il déclaré. 


Maintien en Ossétie du sud et en Abkhasie

En revanche, la Russie est toujours présente militairement en Ossétie du sud et en Abakhazie. Mardi, le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov, a fait savoir que la Russie allait maintenir environ 3.800 militaires dans chacun des deux territoires séparatistes de Géorgie, soit 7.600 hommes au total. 


Conclusion d'accord avec l'Ossétie du Sud et l'Abkhasie 

 La Russie a reconnu l'indépendance des deux territoires le 26 août, contre l'avis de la communauté internationale. Mardi, Moscou a poussé plus loin ses relations diplomatiques avec l'Abkhasie et l'Ossétie du sud. Lors d'un échange de notes, Moscou a conclu des accords lui permettant d'y posséder des bases militaires, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

La Russie a également paraphé des traités d'amitié, de coopération et d'aide mutuelle avec l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, a précisé Sergueï Lavrov. Ils sont «maintenant prêts à être signés au plus haut niveau prochainement», a-t-il ajouté. «Ces accords que nous venons de parapher mentionnent directement des engagements de donner accès à son territoire pour y déployer des installations militaires, y compris évidemment des bases militaires», a précisé le ministre russe des Affaires étrangères. Ils permettront à chaque signataire de «construire, utiliser ou moderniser l'infrastructure militaire» de ses partenaires, a-t-il ajouté. «Nous sommes un petit pays et nous avons aujourd'hui conclu un accord diplomatique avec le plus grand pays du monde, qui parle avec nous d'égal à égal», s'est félicité le ministre des Affaires étrangères abkhaze, Sergueï Chamba lors de la conférence de presse au côté de Sergueï Lavrov.

Tbilissi réagit

Moscou a fait «un pas de plus pour annexer» ces deux territoires géorgiens, a aussitôt réagi le vice-ministre géorgien des Affaires étrangères, Giga Bokeria, dans une déclaration à l'AFP.