VIDEO. Japon: Les festivités de l'abdication de l'empereur Akihito se préparent

SOLEIL LEVANT C’est le 30 avril que l’empereur du Japon va céder le trône à son fils

20 Minutes avec AFP

— 

Naruhito et Akihito, ex-futur et futur ex empereur du Japon.
Naruhito et Akihito, ex-futur et futur ex empereur du Japon. — Pool for Yomiuri/AP/SIPA

Après trente ans et cinq mois, le règne de l’empereur japonais Akihito s’achèvera le 30 avril lorsqu’il abdiquera au profit de son fils aîné, le prince héritier Naruhito, qui deviendra le lendemain le 126e souverain du trône du Chrysanthème. Le Japon basculera le 1er mai à 00h00 dans l’an 1 de la nouvelle ère impériale « Reiwa » («belle harmonie »), après trois décennies d’ère Heisei («parachèvement de la paix »).

Ce sera la première fois en deux siècles qu’un empereur japonais cède sa fonction de son vivant, en vertu d’une loi d’exception écrite sur mesure pour Akihito. Ce dernier avait subtilement exprimé mi-2016 son souhait d’être déchargé de sa tâche, qu’il ne pourrait plus « exercer corps et âme » en raison de son âge (85 ans aujourd’hui) et d’une santé sur le déclin. La date de l’abdication, ainsi que l’ensemble des dispositions entourant cet événement, ont été décidées par le gouvernement, la famille impériale n’ayant pas son mot à dire.

Festivités historiques

La population nippone se prépare ainsi à des festivités historiques et quasi inédites puisque, cette fois, la nation n’est pas endeuillée par le décès du souverain, comme c’était le cas lors des précédentes successions en 1989 (mort de Hirohito aussi appelé empereur Showa), 1926 (mort de l’empereur Taisho) ou 1912 (mort de l’empereur Meiji).

Les principales cérémonies ultra-protocolaires et très brèves des 30 avril et 1er mai, qui auront lieu dans la plus belle salle du Palais impérial, seront diffusées sur la chaîne publique NHK avec une solennité rare. Toutefois, l’ensemble des événements relatifs à ce changement s’étale sur des mois, avec un autre point culminant à l’automne quand seront accueillis des chefs d’Etat et nombreuses personnalités.

« Symbole du peuple et de l’unité de la nation »

« Il y a plusieurs étapes dans le cérémonial de succession qui ne sont en fait précisées dans aucune loi », expliquait récemment lors d’une conférence de presse l’éditorialiste et historien Eiichi Miyashiro. « Le sens de ces cérémonies est difficile à comprendre et la plupart des Japonais l’ignorent ».

Naruhito deviendra ainsi le nouveau « symbole du peuple et de l’unité de la nation », selon la définition donnée par la Constitution entrée en vigueur en 1947 et par laquelle l’empereur a perdu son statut semi-divin. Akihito a œuvré à donner une substance à ce rôle et Naruhito promet de s’inscrire dans cette continuité.

Il a déjà signifié qu’il continuerait à faire en sorte que les exactions du Japon durant la guerre ne soient pas passées sous silence pour les générations futures. Il aura aussi à cœur de continuer à soutenir les victimes de désastres naturels. Mais de l’avis des experts, il faudrait qu’il aille encore plus loin pour imprimer sa marque. Sa préoccupation depuis des décennies dans le problème de l’eau sur Terre pourrait être l’axe d’un engagement plus international.