Etats-unis: Le chef du Pentagone disculpé de toute faute dans ses liens avec Boeing

ENQUETE Le site d’informations Politico accusait Patrick Shanahan d’avoir tenu, en privé, des propos en faveur de Boeing, au détriment de son concurrent Lockheed Martin

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre américain de la Défense, Patrick Shanahan au Pentagone à Washington, le 12 avril 2019.
Le ministre américain de la Défense, Patrick Shanahan au Pentagone à Washington, le 12 avril 2019. — MANDEL NGAN / AFP

A l’issue d’une enquête interne sur ses liens avec son ancien employeur Boeing, pour lequel il a travaillé près de 30 ans, le ministre américain de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a été disculpé, ce jeudi, de toute violation des règles d’éthiques du Pentagone.

Patrick Shanahan « a pleinement respecté ses engagements et ses obligations éthiques en ce qui concerne Boeing et ses concurrents », a indiqué l’Inspecteur général du ministère de la Défense, un organisme indépendant chargé des enquêtes internes sur cette administration tentaculaire.

Patrick Shanahan s’était engagé à ne participer à aucune discussion concernant Boeing

Cette annonce ouvre la voie à une éventuelle nomination par le président Donald Trump de Patrick Shanahan au poste de ministre de la Défense, qui devra être confirmée par le Sénat. Dans une plainte déposée en mars, l’organisation Citoyens pour la responsabilité et l’éthique à Washington (CREW) avait demandé à l’Inspecteur général d’ouvrir une enquête à la suite d'informations rapportées par le site d'informations Politico sur des propos tenus, en privé par Patrick Shanahan, en faveur de Boeing, au détriment de son concurrent Lockheed Martin.

« Par sa conduite et ses commentaires, le ministre par intérim pourrait avoir violé les règles d’éthique du Pentagone », indiquait le groupe. A son arrivée en juin 2017 en tant que numéro deux du ministre de la Défense Jim Mattis, Patrick Shanahan avait signé un accord avec le Pentagone par lequel il s’engageait à ne participer à aucune discussion concernant Boeing. Outre Patrick Shanahan lui-même, l’inspecteur général a précisé avoir entendu 33 témoins, consulté 5.600 pages de documents publics et 1.700 pages de documents classés secret-défense.

Le successeur de Jim Mattis toujours pas nommé

« Nous n’avons confirmé aucune des allégations », précise le rapport. « Nous avons déterminé que M. Shanahan n’a pas fait les commentaires qui lui étaient attribués, n’a pas fait la promotion de Boeing, et n’a pas dénigré ses concurrents ». « Le bureau de l’inspecteur général a pris ces accusations au sérieux », a souligné l’inspecteur général Glenn Fine.

« Les témoignages démontrent que M. Shanahan a pleinement respecté ses obligations et ses engagements éthiques à l’égard de Boeing et ses concurrents. » Patrick Shanahan a été propulsé à la tête du Pentagone lorsque Jim Mattis a démissionné avec fracas en décembre pour protester contre le retrait de Syrie décidé unilatéralement par Donald Trump. Le président américain n’a toujours pas nommé de candidat pour succéder à Jim Mattis.