Attentats au Sri Lanka: Le bilan, fortement revu à la baisse, passe de 359 à 253 morts

ATTAQUES Le précédent bilan faisait état de 359 victimes et plus de 500 personnes toujours portées disparues

20 Minutes avec AFP

— 

L'église Saint-Sébastien de Negombo, près de la capitale du Sri Lanka, Colombo, a été soufflée.
L'église Saint-Sébastien de Negombo, près de la capitale du Sri Lanka, Colombo, a été soufflée. — Chamila Karunarathne/AP/SIPA

Cinq jours après les attentats qui ont frappé le Sri Lanka, le dimanche de Pâques, les autorités ont revu le bilan des victimes à la baisse, à 253 morts, et non 359, comme indiqué auparavant.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé a fait savoir que le personnel médical avait achevé l’ensemble des autopsies, jeudi soir, et avait conclu que certains corps de victimes mutilées avaient été comptés plusieurs fois.

L’enquête se poursuit

revendiquées par le groupe djihadiste État islamique (EI), ces attaques ont été, selon les premiers éléments de l’enquête, commises  « en représailles à Christchurch », les attentats qui ont frappé plusieurs mosquées en Nouvelle-Zélande.

Le Sri Lanka a procédé à 16 nouvelles arrestations dans la nuit de mercredi à jeudi, portant le total des personnes interpellées à près de 75 depuis dimanche. L’armée a déployé des milliers de soldats supplémentaires pour épauler la police dans cette chasse à l’homme. L’armée de terre a augmenté le nombre de ses militaires impliqués dans le dispositif de 1.300 à 6.300. L’armée de l’air et la marine ont dépêché 2.000 hommes.