Trump critique Twitter sur... Twitter, puis reçoit son patron à la Maison-Blanche

ETATS-UNIS Le président américain a accusé le réseau social de « jouer un jeu politique », avant de se féliciter d’une « super rencontre à la Maison-Blanche » avec Jack Dorsey, son dirigeant

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump a posté sur Twitter une photo de sa rencontre avec le patron du réseau social (tout à dr.).
Donald Trump a posté sur Twitter une photo de sa rencontre avec le patron du réseau social (tout à dr.). — Twitter

Une salve de tweets matinale qui se termine au Bureau ovale. Twitter, en pleine envolée boursière, a été mardi la cible d’une attaque de Donald Trump, qui a utilisé le réseau social pour régler ses comptes avec lui, avant de finalement recevoir son patron à la Maison-Blanche.

« Ils ne me traitent pas bien en tant que républicain », a tweeté Donald Trump dans la matinée en référence à Twitter, quelques minutes après la publication des comptes trimestriels du réseau social. « Très discriminants, difficile pour les gens de s’inscrire. Suppriment constamment des comptes. Lourdes plaintes de beaucoup de personnes », a ajouté le président dans deux tweets matinaux, estimant que le réseau jouait « un jeu politique ».

Un peu plus tard, à l’abri des caméras, Donald Trump a reçu à la Maison-Blanche Jack Dorsey, directeur général et cofondateur de Twitter. Une rencontre ensuite commentée, photo à l’appui, par le président sur Twitter : « Super rencontre à la Maison-Blanche avec@jack de@Twitter. Beaucoup de sujets abordés à propos de leur plateforme et le monde des réseaux sociaux en général. Hâte de garder le dialogue ouvert ! »

Une rencontre « constructive »

Interrogé par l’AFP, un porte-parole du réseau a fait part d’une rencontre « constructive » avec le président, organisée à la demande de ce dernier. « Ils ont discuté du fait que Twitter s’est engagé à protéger la qualité du débat public à l’approche des élections américaines de 2020 », ainsi que des « moyens de lutte contre la crise des opiacés », ces antalgiques très puissants devenus un problème de santé publique dans le pays, a précisé cette source.

Le milliardaire républicain n’a jamais caché sa défiance vis-à-vis des groupes technologiques, qui ont pour beaucoup historiquement plutôt affiché des sympathies démocrates. Toutefois, il est maître dans l’art d’utiliser Twitter pour contourner la presse, qu’il accuse de le maltraiter, y publier chaque jour ses humeurs et son point de vue sur une multitude de sujets, pour galvaniser sa base, dont un grand nombre se trouvent parmi ses 59,9 millions d’abonnés.

Les utilisateurs d’oiseaux bleus en hausse de 11,6 %

Les accusations du président républicain n’ont pas éclipsé la performance de Twitter, qui a affiché lors des trois premiers mois de l’année un nombre d’usagers quotidiens monétisables (MDAU) de 134 millions, contre 120 millions l’an dernier à la même époque, soit une hausse de 11,6 %.

Cet acronyme recouvre les usagers qui viennent quotidiennement sur Twitter et qui utilisent la plateforme et des applications où ils peuvent être exposés à la publicité. Cette nouvelle mesure représente « une proposition de qualité pour les publicitaires », estime Jasmine Enberg de la société de recherche eMarketer. Elle leur permet d’atteindre « une base d’utilisateurs engagés » bien que celle-ci soit moins grande lorsqu’on la compare aux autres plateformes.

Récente dans les résultats de Twitter, cette unité de mesure va remplacer définitivement au trimestre prochain le baromètre utilisé habituellement par le réseau social, à savoir le nombre d’usagers moyens mensuels. Pour sa dernière apparition dans les résultats trimestriels de Twitter, celui-ci a été de 330 millions, en légère baisse par rapport à l’an dernier à la même époque mais en progression de près de 3 % par rapport au trimestre précédent.

Lutte plus active contre les abus

La progression du nombre d’utilisateurs quotidiens monétisables survient alors que le groupe affirme lutter plus activement contre les abus sur le réseau. « Nous avons adopté une approche plus proactive dans la réduction des abus », a affirmé le PDG du groupe Jack Dorsey, estimant lors d’une conférence téléphonique qu’il s’agissait de la « priorité » de l’entreprise.

« Nous réduisons le fardeau imposé aux victimes et tentons de prendre, lorsqu’il est possible de le faire, des mesures avant que ces abus ne soient rapportés », a affirmé Jack Dorsey. Le groupe affirme qu’il supprime désormais davantage de tweets qui comportent des informations personnelles d’usagers grâce à des modèles d’intelligence artificielle.

Twitter a également fait état d’un chiffre d’affaires de 787 millions de dollars, supérieur aux estimations moyennes des analystes, qui étaient de 775 millions de dollars, et d’une forte hausse de ses bénéfices. Ceux-ci se sont affichés à 191 millions de dollars contre 61 millions l’an dernier à la même époque.