Bulgarie : Un homme condamné à trente ans de prison pour le meurtre sordide de la journaliste Viktoria Marinova

JUSTICE L’accusé, âgé de 21 ans, avait fui en Allemagne après le viol et l’homicide de la journaliste de 30 ans

20 Minutes avec agences

— 

La journaliste bulgare Viktoria Marinova a été retrouvée morte à Roussé, en Bulgarie, le 6 octobre 2018.
La journaliste bulgare Viktoria Marinova a été retrouvée morte à Roussé, en Bulgarie, le 6 octobre 2018. — Dimitar DILKOFF / AFP

Un jeune homme a été condamné ce lundi à 30 ans de prison pour le viol et le meurtre de la journaliste Viktoria Marinova en Bulgarie. Après le meurtre, perpétré le 6 octobre dernier, il avait fui en Allemagne où il a finalement été arrêté.

L’accusé âgé de 21 ans a reconnu les faits, évitant ainsi une peine à perpétuité. Il a également été condamné à une amende de 450.000 leva (225.000 euros) pour la famille de la victime.

Une « volonté d’étouffer » l’affaire

Selon le parquet, il s’agit d’un « crime à motifs sexuels sans lien avec les activités professionnelles de la victime », précédé d’un « viol brutal ». Le jeune homme, alcoolisé au moment des faits, a pleuré devant la cour, déclarant qu’il « regrettait beaucoup » cette « erreur de jeunesse ». Condamné en première instance, l’accusé va faire appel en vue d’obtenir une réduction de moitié de la peine, selon son avocat.

Le meurtre de Viktoria Marinova, 30 ans, présentatrice sur une chaîne locale de télévision, a provoqué une vive émotion à l’internationale. Elle venait de lancer un nouveau programme spécialisé dans les affaires de corruption. Certains médias ont lié le meurtre de la jeune femme à sa profession, ce qui leur a été reproché par les autorités. Mais Reporters sans frontières (RSF) a tout de même noté une « volonté d’étouffer cette affaire en bâclant l’enquête ».