Syrie: Série d’attaques meurtrières de Daesh et HTS contre les forces du régime syrien

MONDE Une cinquantaine de soldats et combattants fidèles au régime syrien ont été tués ces dernières 48 heures

20 Minutes avec AFP

— 

Le président syrien Bachar al-Assad à Damais le 17 février 2019.
Le président syrien Bachar al-Assad à Damais le 17 février 2019. — AY-COLLECTION/SIPA

Une contre-attaque djihadiste meurtrière en Syrie. Une cinquantaine de soldats et combattants fidèles au régime syrien ont été tués ces dernières 48 heures dans une série d’attaques menées par Daesh et un groupuscule djihadiste lié à Hayat Tahrir al-Cham.

Treize combattants prorégime ont été tués ce samedi dans le nord de la Syrie dans une attaque menée par un groupuscule djihadiste lié à Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d’Al-Qaïda), a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Cette attaque survient après l’annonce par cette ONG de la mort d’au moins 35 soldats et combattants fidèles au régime dans des attaques menées ces dernières 48 heures dans le centre et l’est syrien par le groupe Etat islamique (EI), une organisation djihadiste rivale du HTS.

Bombardements intenses

Selon l’OSDH, « l’Armée Abou Bakr al-Siddiq liée au HTS a mené à l’aube une attaque contre des barrages et positions des forces prorégime sur les limites occidentales de la ville d’Alep (nord) ».

« Des violents combats accompagnés d’un bombardement intense ont suivi et continuent jusqu’à présent. Au moins 13 soldats et combattants loyaux au régime ont péri ainsi que huit djihadistes », a ajouté l’ONG.

L’attaque de samedi a été lancée après un bombardement nocturne à l’artillerie par les forces du régime contre des secteurs à la limite ouest de la province d’Alep aux mains de groupuscules djihadistes liés au HTS et des zones dans le sud et l’est de la province voisine d’Alep, a poursuivi la même source.

Djihadistes disséminés dans le désert syrien

Les attaques perpétrées par Daesh sont les plus meurtrières lancées par le groupe djihadiste contre les forces du régime depuis l’annonce de l’éradication du «califat» du groupe djihadiste par une force arabo-kurde syrienne le 23 mars, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Appuyées par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les Forces démocratiques syriennes (FDS), fer de lance de la lutte anti-EI en Syrie, ont annoncé le 23 mars la fin du « califat » proclamé en 2014 par l’organisation djihadiste sur les territoires alors conquis en Syrie et en Irak voisin. Des djihadistes restent néanmoins disséminés dans le désert syrien et parviennent à mener des attaques.

Déclenché en mars 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes. Le régime de Bachar al-Assad, soutenu par la Russie et l’Iran, a repris aux rebelles et jihadistes le contrôle de près des deux-tiers du pays.