Qui était Lyra McKee, la journaliste de 29 ans tuée lors d'affrontements en Irlande du Nord?

NECRO Journaliste d’investigation reconnue, spécialiste du conflit nord-irlandais mais aussi ouvertement lesbienne et engagée pour les droits LGBTI, Lyra McKee avait déjà une sacrée renommée

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

La journaliste Lyra McKee, morte jeudi soir, était notamment en pointe sur les droits des personnes LGBTI. Elle était ouvertement lesbienne.
La journaliste Lyra McKee, morte jeudi soir, était notamment en pointe sur les droits des personnes LGBTI. Elle était ouvertement lesbienne. — Press Eye Ltd/REX/SIPA

Le conflit nord-irlandais, largement pacifié depuis les accords du Vendredi saint, en 1998, a fait une morte, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Londonderry. Lyra McKee était une journaliste de 29 ans. « Malheureusement, à 11 heures la nuit dernière, un homme armé a tiré à plusieurs reprises contre la police et une jeune femme [Lyra McKee] a été blessée, a expliqué Mark Hamilton, le chef adjoint de la police locale, à l’AFP. Elle est décédée à l’hôpital des suites de ses blessures. »

A seulement 29 ans, Lyra McKee, « étoile montante du journalisme », s’était déjà créé une sacrée réputation. « Une journaliste déterminée qui racontait l’histoire des personnes marginalisées et du passé trouble de son pays », dit de cette jeune femme ouvertement lesbienne The Journal, en Irlande. Sky News décrit la native de Belfast comme une journaliste courageuse et intègre.

Une journaliste multiprimée

Elle était rapidement devenue une spécialiste reconnue du conflit nord-irlandais. Lyra McKee avait notamment écrit un livre sur l’assassinat de Robert Bradford, homme politique unioniste (favorable au maintien de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni). En 1981, ce révérend protestant avait été tué par l’IRA (l’Armée républicaine irlandaise, le groupe terroriste favorable à l’unité de l’île d’Irlande). La police accuse d’ailleurs « la Nouvelle IRA » d’être responsable de la mort de Lyra McKee.

Pour ces travaux, la jeune femme a reçu de nombreux prix, comme le Sky News Young Journalist Award. Le magazine Forbes l’avait aussi classée, dès 2016, alors qu’elle n’a alors que 25 ans, parmi les 30 jeunes de moins de 30 ans qui comptent dans les médias en Europe.

Porte-drapeau des droits LGBTI en Irlande du Nord

Sa reconnaissance, en Irlande du Nord et, donc, au-delà, tient aussi à son engagement pour les droits des personnes LGBTI. Lyra McKee, ouvertement lesbienne, s’était fait connaître en 2014 grâce à la publication de sa lettre à l’ado qu’elle était (Letter to my 14 year old self). Dans ce texte, absolument poignant, elle raconte notamment son coming out et sa vie désormais heureuse. Un court-métrage, inspiré de cette lettre, était sorti en 2017.

La même année, dans The Irish Times, elle se confiait sur son engagement pour les droits LGBTI : « À 14 ans, je pensais que vous ne pouviez être lesbienne et en être fiers ; que c’était un secret qu’il fallait garder à tout prix. Je croyais qu’il valait mieux être morte qu’ouvertement lesbienne. Je le croyais à cause de tous les écrits bibliques. J’avais l’habitude de rester chez moi la nuit et de négocier avec Dieu pour qu’il ne m’envoie pas en enfer. Je pense qu’aucun enfant ne devrait avoir à subir cela. »

Terre de mission

Sa lutte pour les droits des personnes LGBT est un sacerdoce en Irlande du Nord, où la politique est encore largement polarisée par des enjeux religieux. C’est, par exemple, la seule région du Royaume-Uni où le mariage entre personnes du même sexe n’est pas autorisé. Plus récemment encore elle avait donné une conférence TEDx sur cette question.

Lyra McKee venait récemment de s’installer avec sa compagne à Londonderry, à la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande et avait plusieurs projets de livres sur le conflit nord-irlandais.