Après l'échec de son sommet avec Trump, Kim Jong-un supervise l'essai d'une arme tactique

STRATEGIE Pyongyang n'a pas précisé la nature de l'arme testée

20 Minutes avec AFP

— 

Kim Jong-un supervise un exercice militaire le 16 avril 2019.
Kim Jong-un supervise un exercice militaire le 16 avril 2019. — Yonhap News/Newscom/SIPA

C’est un message assez clair envoyé à Donald Trump. Le leader nord-coréen Kim Jong-un a supervisé l’essai d’une nouvelle « arme tactique guidée », ont annoncé jeudi les médias d’Etat nord-coréens, alors que les doutes s’accumulent quant à l’avenir du processus de dénucléarisation de Pyongyang, six semaines après l’échec du sommet d’Hanoï avec le président américain.

Cet essai a permis de vérifier le fonctionnement du « système particulier de guidage en vol et le chargement d’une puissante ogive », a affirmé l’agence officielle KCNA sans plus de détails. Kim Jong-un a qualifié ce test d'« événement d’une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l’Armée populaire » nord-coréenne, selon la même source. Le leader a lui-même « guidé l’essai de tir » qui a été dirigé sur plusieurs cibles, a ajouté l’agence officielle.

Second test depuis 2018

C’est la deuxième fois que la Corée du Nord affirme avoir procédé à un essai d’arme depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les Etats-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d’armement nucléaire. Pyongyang avait déjà annoncé, en novembre dernier, avoir testé « une nouvelle arme tactique de haute technologie » dont elle n’avait pas précisé la nature. On ignore s’il s’agit de la même arme que celle du nouvel essai rendu public jeudi.

L’utilisation par KCNA du terme « tactique » suggère toutefois que ces essais n’ont impliqué aucun missile balistique de longue de portée ni aucun dispositif nucléaire. « Kim tente de faire savoir au gouvernement de Trump que son potentiel militaire grandit jour après jour », a expliqué l’analyste Jarry Kazianis, du Center for the National Interest. « Son régime commence à se sentir frustré par le manque de souplesse de Washington dans les récentes négociations », a-t-il ajouté.

Regain d’activité à Yongbyon

L’annonce du nouvel essai intervient alors que le Center for Strategic and International Studies (CSIS), un centre de recherches américain, a fait état mercredi d’un regain d’activité à Yongbyon, le principal site nucléaire nord-coréen, signe d’une possible reprise par Pyongyang de son programme d’armement atomique après l’échec en février du sommet entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.

Depuis cet échec, la Corée du Nord a indiqué qu’elle examinait ses options diplomatiques avec les Etats-Unis. Kim Jong-un s’est dit la semaine dernière ouvert à un troisième sommet avec Donald Trump si Washington arrivait à la table des négociations avec « la bonne attitude ».