«Cela allait nous tomber dessus, aujourd'hui le drame est arrivé»

EGYPTE Eboulement de rochers meurtrier au Caire...

Avec agence

— 

Un adolescent égyptien est décédé dans la nuit de lundi à mardi des suites du virus H5N1 de la grippe aviaire, portant à douze le nombre de personnes mortes après avoir contracté ce virus en Egypte, a annoncé le ministère égyptien de la Santé.
Un adolescent égyptien est décédé dans la nuit de lundi à mardi des suites du virus H5N1 de la grippe aviaire, portant à douze le nombre de personnes mortes après avoir contracté ce virus en Egypte, a annoncé le ministère égyptien de la Santé. — Cris Bouroncle AFP/Archives

Au moins 18 personnes ont péri et 22 ont été blessées samedi dans un éboulement de rochers sur un quartier déshérité du nord-est du Caire, selon un bilan provisoire des services de secours.

Le bilan de ce drame pourrait être beaucoup plus lourd, le député local, Haidar Bardadi, ayant affirmé à la télévision égyptienne que 35 maisons auraient été détruites et qu'entre 150 et 200 personnes se trouveraient sous les décombres.

Selon un responsable de la sécurité, des dizaines d'habitations du quartier pauvre et densément peuplé de Manshiyet Nasser ont été détruites par des immenses roches de "centaines de tonnes" qui se sont détachées de la colline du Moqattam qui le surplombe.

Des ambulances et voitures de pompiers ont été immédiatement dépêchés sur place et la police anti-émeutes a bouclé la zone sinistrée.

Mais selon le responsable des services de secours, les opérations sont lentes en l'absence de grues et de gros engins de dégagement. La colline s'est effondrée sur 15 mètres de hauteur, et 60 mètres de largeur.

Témoignages

Dans un climat très tendu, Sarghali Gharib, un ouvrier de 24 ans, affirme qu'il a perdu huit membres de sa famille, cinq soeurs, sa belle-soeur et ses deux enfants, dans l'éboulement.

"C'était horrible, comme un tremblement de terre, il y avait déjà eu des éboulements, et le gouvernement n'a rien fait pour évacuer ce quartier", a-t-il affirmé en colère.

Un autre résidant, Jamal Badr, 32 ans, dont la maison de briques de la rue al-Amal s'est effondrée, a affirmé que "cela faisait deux ans qu'on avait alerté les autorités que cela allait nous tomber dessus, aujourd'hui le drame est arrivé".

Sauvetage difficile

Le gouverneur du Caire, Abdelazim Wazir, s'est rendu sur les lieux pour suivre de près les opérations de sauvetage.

La plupart des habitations et petits ateliers de ce quartier dit "informel" car il échappe à toute réglementation, sont faites en briques et ne dépassent pas les deux étages. D'autres ont trois ou quatre étages au maximum.

La masse désertique du Moqattam est faite d'escarpement calcaire. De très nombreux quartiers informels se sont nichés à son pied, le long du principal périphérique de la métropole. C'est ici que sont établis les Zabbalin, une communauté copte (chrétiens d'Egypte) qui ramasse et trie dans des conditions extrêmement dures toutes les ordures du Caire, où vivent quelque 20 millions de personnes.

L'effondrement de maisons et d'immeubles est fréquent en Egypte, où de nombreux bâtiments ont été construits sans autorisation.

En décembre 2007, 35 personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble de 12 étages à Alexandrie, dans le nord de l'Egypte. L'immeuble, érigé sans permis de construire il y a plus de 25 ans, s'était effondré alors que des ouvriers effectuaient des travaux au premier étage. Deux bâtiments jouxtant l'édifice se sont partiellement écroulés.