World Press Photo: La photo d'une petite migrante hondurienne en larmes remporte le Prix de l'année

IMMIGRATION Le photographe voulait « montrer une image de l’humanité qui souvent n’apparaît que dans les statistiques »

20 Minutes avec agences

— 

Une migrante du Honduras arrêtée avec sa fille de deux ans à la frontière mexicaine, au Texas, le 12 juin 2018.
Une migrante du Honduras arrêtée avec sa fille de deux ans à la frontière mexicaine, au Texas, le 12 juin 2018. — JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La bouleversante photo d’une petite migrante hondurienne a remporté ce jeudi le Prix de l’année du prestigieux World Press Photo. Capturé en 2018, le cliché de John Moore montre la petite fille et sa mère appréhendées par des officiers à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Les juges ont estimé que la photo, qui a fait le tour du monde, illustre « une violence d’un autre type, psychologique ». Après sa diffusion, les douanes américaines avaient précisé que la petite Yanela, qu’on voit sur la photo, et sa mère n’avaient pas été séparées au passage de la frontière.

Un écho au-delà des frontières

La photo a été prise dans la nuit du 12 juin, dans la vallée du Rio Grande, quand les douaniers ont arrêté un groupe de migrants qui venaient de traverser la frontière. « Je pouvais voir la peur sur leurs visages, dans leurs yeux », a confié le photographe à une radio américaine. Il a pris la photo au moment où la mère posait son enfant à terre pour être fouillée.

« C’était pour moi une possibilité de montrer une image de l’humanité qui souvent n’apparaît que dans des statistiques », a déclaré John Moore pendant la cérémonie. « Je pense qu’un sujet comme celui-là trouve un écho au-delà des Etats-Unis, dans le monde entier. »

Plusieurs photographes de l’AFP primés

La question de l’immigration a également été mise en lumière dans la catégorie « Prix de l’année pour un reportage photo ». Les juges ont salué une série de clichés, pris en octobre 2018 par Pieter Ten Hoope, qui retrace le parcours de nombreuses familles honduriennes cherchant à atteindre les Etats-Unis en caravane. Ces photos « témoignent d’un sens de la dignité élevé », selon le jury.

Cette année, trois photographes de l’AFP ont été récompensés. John Wessels, basé à Kinshasa, a atteint la deuxième et troisième place de la catégorie « General News-Stories » pour des photos sur les élections congolaises et sur l’épidémie d’Ebola. Brendan Smialowski et Pedro Pardo ont chacun obtenu un prix, respectivement pour une photo de Trump menant Macron par la main et pour un cliché montrant des migrants escaladant un mur à la frontière mexicaine.