Européennes: Quatre parents ou proches de Mélenchon et Aubry figurent bien sur la liste de LFI, et le site du parti n’indique pas ces liens

FAKE OFF Le gendre du leader de La France Insoumise, ainsi que son garde du corps et une ex-compagne figurent sur la liste. La mère de Manon Aubry est également sur la liste, mais en position non éligible

Mathilde Cousin

— 

Manon Aubry, tête de liste de LFI pour les européennes, et Jean-Luc Mélenchon, dans un meeting à Nîmes, vendredi.
Manon Aubry, tête de liste de LFI pour les européennes, et Jean-Luc Mélenchon, dans un meeting à Nîmes, vendredi. — SYLVAIN THOMAS / AFP
  • Manon Aubry, tête de la liste de La France Insoumise pour les élections européennes, et Jean-Luc Mélenchon font face à des accusations de népotisme.
  • Trois des 79 candidats de la liste ont ou ont eu des liens familiaux avec le chef du parti ou la tête de liste. Le garde du corps de Jean-Luc Mélenchon figure également sur la liste.

Des proches de Jean-Luc Mélenchon et de Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise aux Européennes, figurent-ils sur la liste du parti pour ces élections ? Sur Twitter, un compte de soutien à En Marche explique que « le gendre de Mélenchon, l’ex-femme de Mélenchon, le garde du corps de Mélenchon » et « la mère de Manon Aubry » sont présents sur la liste de 79 noms.

FAKE OFF

Le gendre de Jean-Luc Mélenchon, Gabriel Amard, est bien présent sur la liste, en huitième position. Benoît Schneckenburger, qui a été garde du corps de Jean-Luc Mélenchon, se trouve en douzième position. Pascale Le Néouannic, l’ex-compagne du député LFI, est en treizième position. A la 59e position, une position non éligible, se trouve Catherine Poggi Aubry, la mère de Manon Aubry. Mais les portraits des quatre militants sur le site du parti ne mentionnent pas ces liens.

Gabriel Amard, ancien secrétaire national du Parti de Gauche

Gabriel Amard, qui partage la vie de la fille du leader de la France Insoumise, s'était déjà présenté en 2014 aux élections européennes. Il était à l’époque secrétaire national du Parti de Gauche mais n’avait pas été élu. Présent en huitième position cette année, il a de fortes chances d’être élu cette fois. L’homme est loin d’être un novice en politique : il a été maire de Viry-Chatillon, dans l’Essonne, pendant onze ans, il a également été président d’une communauté d’agglomération, conseiller régional et conseiller général.

Benoît Schneckenburger, le garde du corps philosophe

Le rôle de garde du corps de Benoît Schneckenburger a été mentionné à plusieurs reprises dans la presse. En 2012, celui-ci l' évoquait même dans Le Parisien : « Rester debout pendant plusieurs heures, c’est très ingrat. Mais le service d’ordre, c’est une tâche politique importante. » Il a été candidat aux municipales à Paris en 2014, sous l’étique du Front de Gauche. Benoît Schneckenburger est également professeur en prépa, docteur et agrégé de philosophie.

Pascale Le Néouannic, une ex-compagne

Pascale Le Néouannic est une ancienne conseillère régionale d’Île-de-France. Elle avait été élue sous l'étiquette du Parti de Gauche. Elle a partagé pendant quelque temps la vie de Jean-Luc Mélenchon, comme l'indiquait notamment Le Parisien en 2009.

La mère de Manon Aubry « a proposé de se retirer » de la liste

Catherine Poggi-Aubry, la mère de Manon Aubry, avait confié en janvier à Paris-Match « avoir proposé de se retirer lorsque Manon a pris la tête de la liste ». Manon Aubry a expliqué mercredi à France Info avoir demandé à ce que sa mère soit retirée de la liste, mais le comité électoral s’y serait opposé. Catherine Poggi-Aubry est une ancienne journaliste et engagée de longue date. Sur le site du parti, elle explique avoir rejoint LFI dès sa création.

Pour Manon Aubry, ces candidats sont « de vrais militants »

Auprès de France Info, Manon Aubry s’est défendue contre les accusations de népotisme. La tête de liste souligne que ces quatre candidats sont de « vrais militants, engagés depuis longtemps. » Jean-Luc Mélenchon s’est défendu dans un meeting vendredi : « Non, je n’ai jamais placé personne et je ne placerai jamais personne. Il n’y a de place dans nos rangs que pour les combattants », a lancé le leader de la France Insoumise, en avant-dernière position sur la liste pour les Européennes.

 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessus ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.