VIDEO. Secte: Comment fonctionnait la Nxivm, où Allison Mack officiait?

GOUROU Violences sexuelles, privation d'argent et de nourriture, statut d'esclave, marquage au fer rouge... Une véritable plongée dans l'horreur aurait été instaurée

Jean-Loup Delmas

— 

Allison Mack
Allison Mack — SIPA
  • Allison Mack a plaidé ce lundi coupable d’extorsion pour le bénéfice d’une secte.
  • La secte, Nxivm, était aux mains du gourou Keith Raniere, qui aurait eu sous son influence 16.000 personnes.
  • Des femmes étaient notamment abusées sexuellement et marquées au fer rouge.

« J’étais un membre d’une société secrète fondé par Keith Raniere. » L’actrice américaine Allison Mack, révélée par la série Smallville, a plaidé coupable d’extorsion pour le bénéfice d’une secte sexuelle ce lundi. Elle risque jusqu’à quarante ans de prison et sera fixée sur son sort le 11 septembre prochain.

Pièce maîtresse de l’histoire, le gourou présumé Keith Raniere (58 ans) aurait contrôlé trois organisations/sectes, dont la plus connue est Nxivm (prononcer Nexium). Selon le New York Times, quelque 16.000 personnes auraient été sous son influence depuis 1998. Cette secte, dont Allison Mack, 36 ans, aurait été une des responsables, se présentait de l’extérieur comme une simple organisation proposant des cours de développement personnel, comme il en existe des tas en France et encore plus aux Etats-Unis.

L’argent comme moyen de pression

Attirant des individus un peu perdus, à la recherche d’une nouvelle voie professionnelle ou personnelle, l’organisation montrait ensuite son réel visage : une secte prenant l’argent de ses adhérents et transformant les femmes en esclaves sexuelles du gourou Keith Raniere.

Selon la plainte déposée en février 2018 par le ministère public devant un tribunal fédéral de Brooklyn, les participants aux sessions de formation acceptaient de payer jusqu’à 5.000 dollars par atelier de cinq jours, ce qui les endettait dans la plupart des cas, les forçant ensuite à travailler pour Nxivm afin de rembourser. En 2003, le magazine Forbes parlait même de 25.000 dollars la journée selon le rang de « l’enseignant » au sein de la secte.

Le cercle de la sororité

Dans un témoignage sur Vice, une ancienne membre, Sarah Edmondson, raconte le cercle vicieux qui se referme sur les adhérents : « Il y avait toujours un problème que je devais résoudre et qui, bien sûr, exigeait de plus amples formations. Lorsque vous dépensez 3.000 dollars pour une formation de cinq jours, vous voulez faire les choses bien. Alors vous vous persuadez que votre choix est le bon. C’est un phénomène psychologique. Une partie de moi voulait avoir raison. »

Une fois ces premiers enseignements passés, les adhérentes étaient invitées à rejoindre le « cercle de la sororité ». Il fallait accepter une relation maître-esclave avec une « sœur » plus haute gradée au sein de la secte et les esclaves ne pouvaient pas manger plus de 800 calories par jour. Mais l’horreur ne s’arrête pas là. Sarah Edmonson rapporte, dans le New York Times, des marquages au corps : « On m’a dit que si j’entrais dans la sororité secrète, j’aurais davantage confiance en moi. Lors de la cérémonie d’initiation, on nous a dit de nous déshabiller et de nous allonger sur une table de massage en disant "Maître, marquez-moi, ce serait un honneur". On nous avait dit qu’on allait nous faire un tatouage discret, mais au lieu de ça, on nous a cautérisé les initiales de Keith Raniere à même la peau. »

Des esclaves sexuelles

Keith Raniere dispensait au préalable des « cours » aux femmes : « Il nous a enseigné que le principal défaut des femmes est que nous sommes faibles et n’avons aucun caractère, que nous sommes complaisantes et que nous nous prenons pour des princesses », témoigne également Sarah Edmonson.

Une fois dans le cercle, les femmes étaient forcées de devenir les esclaves sexuelles de Keith Raniere. Afin de garantir leur silence, l’entrée dans le « cercle de la sororité » exigeait des femmes qu’elles donnent des « garanties », à savoir des documents compromettants, photos ou vidéos d’elles nues, secret de famille, révélation honteuse…

Les initiales d’Allison Mack également marquées

Des photos de ces marquages au fer rouge ont été diffusées. Dans un message à une recrue, Keith Raniere expliquait qu'« à l’origine, il ne s’agissait pas de (ses) initiales, mais ils ont modifié le motif pour (lui) rendre hommage. Personne n’aurait rien à y redire s’il s’agissait des initiales d’Abraham Lincoln ».

Egalement, les lettres AM, les initiales de l’actrice Allison Mack, étaient parfois marquées de la même manière. Cette dernière se serait montrée, à en croire Rick Ross, une source du Hollywood Reporter, « incroyablement intimidante et cruelle » avec les adhérentes qu’elle supervisait (plus de 50 esclaves sexuelles, selon la même source), les menaçant de les « détruire » si elles refusaient de coucher avec Keith Raniere.

Pour expliquer comment la secte parvenait à faire accepter de telles pratiques à ses adhérents, Sarah Edmonson évoque la métaphore de la grenouille dans une casserole d’eau qu’on fait bouillir. « Ca s’est fait par étapes, avec toujours plus d’engagement, de contraintes et de chantage. »