VIDEO. Meurtre de Jamal Khashoggi: Washington sanctionne 16 Saoudiens, mais pas le prince héritier

DIPLOMATIE Même si le renseignement américain a conclu à la responsabilité de Mohammed ben Salmane, la Maison Blanche a émis des doutes et souhaite préserver l'alliance avec Riyad

20 Minutes avec AFP
— 
Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane.
Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane. — SIPA

Washington tente un numéro d’équilibriste. Les Etats-Unis ont sanctionné seize ressortissants saoudiens en raison de « leurs rôles dans le meurtre » du journaliste Jamal Khashoggi, a annoncé lundi le département d’Etat américain. Ils seront interdits d’entrée sur le territoire américain, mais les sanctions épargnent le prince héritier Mohammed ben Salmane, pourtant considéré comme « responsable » du meurtre par le Sénat américain.

 

« Aujourd’hui, le secrétaire d’Etat (Mike) Pompeo désigne publiquement les individus suivants pour leurs rôles dans le meurtre de Jamal Khashoggi », écrit dans un communiqué la diplomatie américaine. Une interdiction d’entrée sur le sol américain qui s’applique également « aux membres de la famille proche » de ces individus.

 

Trump préserve l’alliance avec Ryad

Jamal Khashoggi, journaliste saoudien critique du régime, a été tué le 2 octobre dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul par un commando d’agents venus de Ryad.

En novembre dernier, Washington avait déjà annoncé des sanctions financières ciblées contre 17 responsables saoudiens soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre. Mais la réaction tiède du président Donald Trump face avait indigné jusque dans ses rangs républicains. Le président américain n’a jamais caché son intention de préserver l’alliance stratégique avec Ryad, qu’il juge indispensable.