Corée du Nord: Le marathon de Pyongyang attire à nouveau de nombreux étrangers

TOURISME Les tensions diplomatiques, notamment avec les Etats-Unis, avaient provoqué une forte baisse de la fréquentation touristique en 2018

20 Minutes avec agences

— 

Le départ du marathon de Pyongyang, dimanche 7 avril 2019 en Corée du Nord.
Le départ du marathon de Pyongyang, dimanche 7 avril 2019 en Corée du Nord. — Yonhap News/Newscom/SIPA

Une affluence hors du commun. Si le marathon annuel de Pyongyang (Corée du Nord) est un événement très commun, 2019 aura été une année spéciale. Ce dimanche, deux fois plus de touristes ont participé à la course par rapport à l’année précédente.

Avec d’autres événements, la course célèbre la naissance de Kim Il Sung, père fondateur du régime, en 1912. Cette année, environ 950 Occidentaux s’y sont inscrits, contre 450 en 2018, selon le leader des tour-opérateurs Koryo Tour. L’année précédente, le tourisme avait pâti des sanctions infligées au pays par l’ONU à cause de ses programmes balistique et nucléaire interdits.

Une baisse des tensions diplomatiques

Toujours en 2017, les Etats-Unis avaient interdit à leurs citoyens de se rendre en Corée du Nord après le décès d’Otto Warmbier, étudiant américain interpellé et décédé dans des circonstances floues. Plusieurs pays avaient aussi renforcé leurs messages d’alerte aux voyageurs.

L’interdiction américaine vaut toujours actuellement, mais davantage de touristes se sont aventurés dans le pays cette fois-ci. « Comme les tensions politiques reculaient, la demande touristique augmentait », constate Elliott Davies, directeur d’Uri Tours. « On pourrait dessiner un graphique qui ferait cette relation directe. »

De la prudence tout de même

La vaste majorité des touristes allant au Nord sont chinois. La course attire aussi les « chasseurs de marathons », qui participent à plusieurs courses dans le monde. Sur les trottoirs, les Nord-Coréens encouragent et saluent les coureurs occidentaux. Certains s’arrêtent même pour prendre des photos avec les habitants.

Les tour-opérateurs demandent tout de même aux touristes de faire preuve de prudence et de discernement. « C’est vital en Corée du Nord », selon Simon Cockerell, directeur général de Koryo Tours. « Ceux qui veulent la visiter ne doivent pas partir sans directives. »