Etats-Unis: Trump remplace sa ministre de la Sécurité intérieure et amorce un durcissement de sa politique d'immigration

ETATS-UNIS Elle avait notamment dû défendre publiquement la politique de séparation des familles de migrants, qui avait scandalisé le monde en juin dernier

M.C. avec AFP

— 

La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, à la Maison-Blanche, le 18 juin 2018.
La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, à la Maison-Blanche, le 18 juin 2018. — Brendan Smialowski / AFP

Un nouveau pas dans la valse sans fin des ministres et conseillers de Donald Trump. Le président américain a annoncé dimanche le départ de sa ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, qui était en première ligne pour défendre sa politique d’immigration controversée, signalant une nouvelle fois sa volonté de durcir sa politique d’immigration au moment où le nombre d’interpellations de clandestins est en forte hausse à la frontière des Etats-Unis avec le Mexique.

La position de cette responsable de 46 ans était apparue fragilisée à plusieurs reprises ces derniers mois, notamment quand elle avait dû défendre publiquement la politique de séparation des familles de migrants qui avait scandalisé le monde en juin dernier.

« La ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, va quitter ses fonctions, et je voudrais la remercier pour son travail », a tweeté Donald Trump. Il a ajouté qu’il la remplaçait par Kevin McAleenan, jusque-là chef du service américain des douanes et de protection des frontières (CPB).

Des relations tendues depuis longtemps

Kirstjen Nielsen avait rejoint l’administration de Donald Trump en janvier 2017 en tant que collaboratrice de son ministre en charge de ce portefeuille, John Kelly. Lorsque celui-ci a été nommé chef de cabinet de la Maison-Blanche en juillet 2017, elle y est devenue son adjointe.

Puis elle a été nommée ministre de la Sécurité intérieure en octobre 2017. A ce poste, elle est devenue le visage de la politique d’immigration du chef de l’Etat, y compris dans la mise en œuvre très critiquée de séparer les enfants migrants de leurs parents.

Les relations de Kirstjen Nielsen avec Donald Trump ont depuis longtemps été perçues comme difficiles. Mais alors qu’on disait que le président se plaignait constamment de son travail, elle restait fermement loyale. Le mois dernier, elle a défendu la déclaration d’urgence nationale décrétée par le président visant à assurer le financement d’un mur à la frontière avec le Mexique, une promesse électorale phare du candidat Trump.