Libye: Les forces loyalistes lancent une contre-offensive pendant que les Etats-Unis organisent leur retrait

COMBATS L’opération lancée par les loyalistes s’appelle «Volcan de la colère», mais les violents combats poussent l’armée américaine à se retirer

R. G.-V. avec AFP
— 
Les forces loyalistes de Tripoli.
Les forces loyalistes de Tripoli. — AFP

Le porte-parole des forces du gouvernement d’union nationale (GNA), le colonel Mohamad Gnounou, a annoncé dimanche le début d’une « contre-offensive » pour « purger toutes les villes » des « forces illégitimes », en référence aux troupes du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen. Cette opération est nommée « volcan de la colère ».

Dans le même temps, l’armée américaine a annoncé le retrait provisoire de militaires stationnés en Libye, sans en préciser le nombre, à cause des violents combats qui opposent les troupes progouvernementales aux forces loyales au maréchal Khalifa Haftar. Le communiqué américain ne précise pas combien de militaires américains sont concernés par ce retrait.

Possible retour « quand ce sera approprié »

L’Africom « continuera à suivre l’évolution de la situation sur le terrain et examinera la possibilité d’un retour de la présence militaire américaine quand ce sera approprié », a assuré son chef, le général Thomas D. Waldhauser, dans le communiqué, soulignant que « la réalité de la sécurité sur le terrain est de plus en plus complexe et imprévisible ».

Dimanche, l’offensive des forces du maréchal Haftar en direction de Tripoli était freinée par des troupes du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale, alors que la Libye menace de basculer à nouveau dans la guerre civile. Après une pause nocturne, les combats ont repris en matinée au sud de la capitale libyenne, notamment dans le périmètre de l’aéroport international de Tripoli, à une trentaine de kilomètres de la ville, une infrastructure inutilisée depuis sa destruction par des affrontements en 2014.