Allemagne: Manifestations pour contester «la folie des loyers»

LOGEMENT A Berlin, le prix du logement à la location a ainsi doublé en dix ans

B.D. avec AFP

— 

Des manisestants marchent sur la Karl-Marx-Allee contre la gentrification et les hausses des prix du loyer, le 6 avril 2019 à Berlin.
Des manisestants marchent sur la Karl-Marx-Allee contre la gentrification et les hausses des prix du loyer, le 6 avril 2019 à Berlin. — Odd ANDERSEN / AFP

Plusieurs milliers de personnes manifestent ce samedi après-midi à Berlin contre «la folie des loyers» et la spéculation immobilière. D'autres manifestations étaient prévues à Munich, Cologne, Francfort, Göttingen, Fribourg ou encore Mannheim.

Dans la capitale, les manifestants se sont rassemblés sur l'emblématique Alexanderplatz, d'où ils devaient gagner le quartier de Kreuzberg, en voie de gentrification et frappé par des hausses de loyers depuis plusieurs années. Les organisateurs tablaient, avant le début de la marche, sur au moins 6.000 participants.

Déguisés en «requins de l'immobilier»

«Pas de démolition d'immeubles habitables», ont notamment lancé les manifestants. D'autres arboraient une pancarte «Surprise! Le marché ne se régule pas de lui-même». Certains étaient déguisés en «requins de l'immobilier».

Les organisateurs ont aussi lancé ce samedi un appel à signatures pour que soit organisé un référendum local sur l'expropriation par la mairie de Berlin des sociétés immobilières détenant plus de trois mille logements.

Le prix de la location a doublé en 10 ans à Berlin

Les manifestants dénoncent en particulier des groupes comme Deutsche Wohnen et Vonovia, qui ont racheté des milliers d'édifices, profitant de prix bien plus bas que dans d'autres capitales européennes, avant de les louer à des loyers élevés.

A Berlin, le prix du logement à la location a ainsi doublé en dix ans. Cette évolution des prix est portée par la popularité des grandes villes, où Allemands et Européens viennent s'installer par dizaines de milliers chaque année sans que l'offre ne suive.

Jusqu'à 36 milliards d'euros de dépense pour la ville

Parmi les solutions figure le rachat d'immeubles par la ville, qui est dirigée par une coalition gauche-extrême-gauche-Verts, et ainsi arrêter l'envolée des loyers. Cette option est évoquée depuis quelques mois, même si les finances municipales sont dans un état catastrophique, alors que le prix du m2 a également explosé.

La mairie devrait dépenser de son propre aveu jusqu'à 36 milliards d'euros, et cela alors qu'elle a vendu à bien moins cher par le passé une partie conséquente de son parc immobilier. «Quand les gens sauront de combien de milliards il est question, beaucoup verront les choses autrement», a reconnu le maire, Michael Müller.