VIDEO. 25 ans du génocide rwandais: «Les autorités françaises ont été alertées mais n’en ont pas tenu compte», estime le reporter Laurent Larcher

GUERRE 25 ans après le génocide rwandais, le journaliste Laurent Larcher sort le livre « Rwanda, ils parlent », pour comprendre le rôle qu’a joué la France avant et pendant ces massacres

Propos recueillis par Lise Abou Mansour

— 

Un soldat français lors de l'opération Turquoise, en juin 1994 au Rwanda.
Un soldat français lors de l'opération Turquoise, en juin 1994 au Rwanda. — NICOLAS JOSE
  • Entre avril et juillet 1994, 800.000 Rwandais, en majorité tutsis, ont été tués.
  • Laurent Larcher, journaliste au quotidien La Croix, vient de publier le livre Rwanda, ils parlent, dans lequel il donne la parole à des hommes politiques, des militaires, des religieux, des humanitaires et des envoyés spéciaux de l’époque.
  • « On avait à la tête de l’Etat français des hommes qui ne voulaient pas entendre », estime-t-il.

Entre avril et juillet 1994, 800.000 Rwandais, en majorité tutsis, ont été tués. Alors que l’on commémore samedi les 25 ans du génocide, Emmanuel Macron vient d'annoncer la mise en place d'une commission explorant les archives sur le rôle joué par la France durant cette période.

L'occasion de donner la parole sur le sujet à Laurent Larcher, journaliste au quotidien La Croix, qui vient de publier le livre Rwanda, ils parlent (éd. Seuil), où hommes politiques, militaires, religieux, humanitaires et envoyés spéciaux de l’époque s'expriment.

Pourquoi la France intervient-elle au Rwanda au début des années 1990 ?

Le Rwanda est une ancienne colonie belge et non française. Mais en 1990, la Belgique se retire depuis un moment de ses anciennes colonies. François Mitterrand avait une vision assez gaullienne de la place que doit occuper la France dans le monde. Il voulait étendre le pré carré français dans d’autres régions que les anciennes colonies françaises et il décide donc occuper l’espace libéré par les Belges.

Dans ce contexte, la France intervient au Rwanda en octobre 1990. Le président rwandais Juvénal Habyarimana appelle son homologue français et lui dit : « Nous sommes attaqués par le Front patriotique rwandais (FPR) et nous avons besoin du soutien de l’armée française. » Mitterrand décide de sa propre autorité d’intervenir, contre l’avis de son ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement.

Il envoie alors des soldats pour arrêter les raids du FPR entre 1990 et 1993. On va encadrer l’armée rwandaise à partir de 1990. Elle passe de 3.500 à 35.000 soldats. On les forme, on les équipe, on les entraîne.

Le président de la République François Mitterrand accueille, le 18 octobre 1990, sur le perron de l'Elysée, son homologue rwandais, Juvénal Habyarimana, avant un entretien sur la crise qui a éclaté dans son pays.
Le président de la République François Mitterrand accueille, le 18 octobre 1990, sur le perron de l'Elysée, son homologue rwandais, Juvénal Habyarimana, avant un entretien sur la crise qui a éclaté dans son pays. - PATRICK HERTZOG

Dans votre livre, vous racontez que lorsque les Français interviennent, il commence à y avoir des indices qui laissent à penser qu’un génocide est en préparation. Qu’est-ce que les autorités françaises savaient exactement à cette période ?

Entre 1990 et 1994, donc avant le génocide, il y a des massacres anti-tutsis qui sont commis. On le sait. On le voit. Des gens très haut placés, comme le général Varret, responsable de la coopération militaire française, a entendu, lors de rendez-vous avec les chefs d’état-major des armées et de la gendarmerie rwandaises : « Aidez-nous et donnez-nous plus d’armes, d’équipements (…) parce qu’on veut en finir avec les tutsis ! »

On a à la tête de l’Etat français des hommes qui ne veulent pas entendre.

C’est-à-dire que la question de la « solution finale ». C’est le terme qui est utilisé, dit-il, dès 1990 dans la bouche de ceux qui vont commettre le génocide quatre ans plus tard. Les autorités françaises ont été alertées mais n’en ont pas tenu compte. Il en rend compte à ses autorités, au Quai d’Orsay, à la Défense. Et on ne veut pas l’entendre. Pire, il est même écarté et remplacé par un général qui sera beaucoup plus aligné sur la position de l’Elysée.

Il n’est pas le seul à rendre compte de cela. L’attaché à la Défense du Rwanda, mais aussi des chercheurs, des journalistes et des humanitaires alertent le Quai d’Orsay dès 1990. Seulement, on a à la tête de l’Etat français des hommes qui ne veulent pas entendre et qui éliminent d’un revers de main ces propos pour ancrer et poursuivre la politique engagée par François Mitterrand.

Un soldat du gouvernement rwandais vérifie l’identité d’un passant en octobre 1990 à Kigali, au Rwanda.
Un soldat du gouvernement rwandais vérifie l’identité d’un passant en octobre 1990 à Kigali, au Rwanda. - DERRICK CEYRAC

Vous dites aussi que les personnes à la tête de l’Etat ne connaissaient pas l’histoire du Rwanda. Pensez-vous que cela ait pu jouer ?

En effet, ceux qui ont pris ces décisions ne connaissaient pas vraiment l’histoire du pays. Il faut connaître le contexte dans lequel s’inscrivent ces massacres. Le génocide d’avril 1994 n’est pas le premier. L’histoire du Rwanda est ponctuée par des massacres et des pogroms anti-tutsis depuis le début de son indépendance. Les hommes à la tête de l’Etat français ne savaient pas que le régime hutu, depuis la constitution de ce pays, voyait dans le tutsi l’ennemi à abattre.

Nous n’avons pas commis de génocide mais nous n’avons pas été à la hauteur de ce drame.

Pour vous, la France doit-elle demander pardon ?

Je ne dirais pas que la France est responsable mais je crois à la responsabilité personnelle de ceux qui étaient au pouvoir, qu’il s’agisse du politique, du militaire ou des autres acteurs. Je pense que ces gens-là devraient demander pardon aux rescapés du génocide, à leurs enfants et à leurs petits-enfants. Pardon de ne pas avoir vu, de ne pas avoir pu sauver 800.000 personnes, de s’être mêlé des affaires des autres. Qui sommes-nous pour décider que ce groupe-là, parce que dans l’opposition, n’a pas le droit de cité ?

Cette capacité à intervenir dans les questions des autres au motif qu’on sait mieux qu’eux ce qu’il leur faut nous conduit souvent à faire des choses terribles. Nous n’avons pas commis de génocide - dans le sens où nous n’avons pas tué de tutsis - mais nous n’avons pas été à la hauteur de ce drame.

La création d'une commission sur les archives concernant le rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994 vient d'être annoncée ce 5 avril. Qu’en attendez-vous ?

280 historiens viennent de protester contre la manière dont cette commission d’enquête se constitue et contre l’éviction d’Hélène Dumas et de Stéphane Audoin-Rouzeau, deux spécialistes du génocide rwandais. Ce dernier m’a raconté qu’il avait été convoqué et félicité par l’Elysée pour ses travaux sur le génocide, mais qu’on lui a ensuite annoncé qu’il ne ferait pas partie de la commission car ses écrits déplaisent à des groupes.

Avant même que cette commission soit constituée, nous savons que les pouvoirs politiques sélectionnent, au nom de raisons politiques, la qualité de ceux qui devront faire partie de la commission. C’est un vrai problème.