VIDEO. Crash d'Ethiopian Airlines: Les pilotes ont bien suivi la procédure recommandée par Boeing

ENQUETE «L’équipage a réalisé à plusieurs reprises toutes les procédures fournies par le constructeur, mais ils n’ont pas été en mesure de reprendre le contrôle de l’avion»

20 Minutes avec AFP

— 

Un enquêteur sur le lieu du crash du Boeing 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines, en Ethiopie, le 12 mars 2019.
Un enquêteur sur le lieu du crash du Boeing 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines, en Ethiopie, le 12 mars 2019. — Mulugeta Ayene/AP/SIPA

Les pilotes du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines ont exécuté « à plusieurs reprises » les procédures d’urgence recommandées par le constructeur américain, mais ne sont pas parvenus à reprendre le contrôle de l’appareil, qui s’est écrasé, le 10 mars dernier, faisant 157 morts, a déclaré la ministre éthiopienne des Transports, ce jeudi.

« L’équipage a réalisé à plusieurs reprises toutes les procédures fournies par le constructeur, mais ils n’ont pas été en mesure de reprendre le contrôle de l’avion », a déclaré Dagmawit Moges, la ministre des Transports lors d’une conférence de presse, où elle a présenté les résultats de l’enquête préliminaire sur les causes du crash du Boeing 737 MAX.

Les Boeing 737 MAX toujours cloués au sol

Ce rapport préliminaire recommande que « le système de gestion de vol de l’avion soit revu par le fabricant » américain, a-t-elle ajouté. « Les autorités de l’aviation devront vérifier que la révision du système de gestion de vol de l’avion a été correctement effectuée par le fabricant », avant que la flotte des Boeing 737 MAX, clouée au sol dans le monde entier depuis l’accident, soit autorisée à voler à nouveau, a insisté la ministre.

Dagmawit Moges n’a pas fait référence au système de stabilisation de l’appareil (MCAS), soupçonné d’avoir joué un rôle clé dans l’accident, mais elle a évoqué un mouvement de « piqué répété » de l’avion. Le MCAS (« Maneuvering Characteristics Augmentation System ») a été spécialement conçu pour le 737 MAX afin de corriger une anomalie aérodynamique liée à une motorisation plus lourde.

« Très fier de l’attitude de nos pilotes, qui ont suivi les procédures d’urgence recommandées »

Dans une consigne adressée aux équipages le 6 novembre dernier, Boeing expliquait qu’une erreur de la sonde mesurant l’angle d’attaque (AOA) pouvait conduire le MCAS à mettre brutalement l’avion en « piqué » (nez vers le sol). Pour y remédier, il recommandait aux pilotes de désactiver le système en « déconnectant les compensateurs électriques », et ce « jusqu’à la fin du vol ».

Le PDG d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, s’est dit jeudi dans un communiqué « très fier de l’attitude de nos pilotes, qui ont suivi les procédures d’urgence recommandées, et de leur haut degré de professionnalisme dans une situation aussi difficile ».