Algérie: Abdelaziz Bouteflika a envoyé sa démission au Conseil constitutionnel

POLITIQUE Le dirigeant depuis 1999 a cédé après les manifestations

20 Minutes avec AFP

— 

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 4 mai 2017.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 4 mai 2017. — Sidali Djarboub/AP/SIPA

L'armée algérienne a mis la pression sur Abdelaziz Bouteflika et ça a marché. Le président algérien a informé le Conseil constitutionnel de sa démission "à compter d'aujourd'hui" mardi, ont annoncé les médias officiels algériens ce soir.

Dans un communiqué publié plus tôt, l'armée exigeait la mise à l'écart « immédiate » du chef de l'Etat, estimant que l'annonce de son départ n'était pas authentique. Un desiderata devenu réalité.

Autorité présidentielle remise en cause par l'armée

Abdelaziz Bouteflika "a avisé officiellement le Conseil constitutionnel de la fin de son mandat de président de la République" à partir "d'aujourd'hui", mardi, indique un bandeau déroulant à la télévision nationale, quelques heures donc après la remise en cause par l'armée algérienne de l'autorité de la présidence.

Lundi, la présidence de la République avait annoncé qu'Abdelaziz Bouteflika allait démissionner avant l'expiration de son mandat, le 28 avril. Son départ était la principale revendication de la rue qui réclame aussi la fin du « système » au pouvoir. Mais la date de cette démission n'avait pas été précisée.