Arabie saoudite: Trois militantes des droits humains en liberté provisoire

JUSTICE Trois des onze militantes des droits humains qui avaient été arrêtées il y a près d'un an lors d'une campagne de répression en Arabie saoudite ont été remise en liberté provisoirement ce jeudi

20 Minutes avec AFP

— 

Le prince saoudien Mohammed bin Salman le 22 février 2019.
Le prince saoudien Mohammed bin Salman le 22 février 2019. — How Hwee Young/AP/SIPA

L’Arabie saoudite a annoncé avoir libéré provisoirement ce jeudi trois des onze militantes des droits humains qui ont été arrêtées il y a près d’un an, lors d’une campagne de répression dans le royaume ultraconservateur. Ces onze femmes sont jugées depuis le 13 mars devant une cour pénale à Riyad.

Selon des médias internationaux et des ONG, elles sont poursuivies pour avoir, entre autres, « contacté des organisations internationales, des médias étrangers et d’autres militants ». Elles sont également accusées d’avoir milité pour le droit des femmes, y compris la fin du système de tutelle en Arabie Saoudite, qui oblige ces dernières à obtenir la permission d’un parent masculin pour de nombreuses démarches.

Leur procès se poursuit

La blogueuse Eman al-Nafjann, la professeure retraitée de l’université Roi Saoud de Riyad, Aziza al-Youssef, et l’universitaire Rokaya Mohareb ont été libérées jeudi au lendemain de la deuxième audience de leur procès, a indiqué un proche de l’une des détenues, confirmant l'annonce de l’agence de presse saoudienne SPA. Celle-ci indique :« La cour pénale à Riyad annonce la libération provisoire de trois détenues », sans nommer les militantes.

« La cour continuera d’examiner leurs cas et elles assisteront aux audiences du procès (…) jusqu’à ce que le jugement final soit rendu », ajoute SPA. Les trois militantes seront présentes au tribunal mercredi prochain lors de la reprise du procès, selon un proche de l’une des détenues.

« Leur libération ne devrait certainement pas être temporaire »

L’organisation de défense des droits humains ALQST a confirmé sur Twitter les noms des trois femmes, et ajouté que les huit autres militantes poursuivies dans ce procès devraient être libérées dimanche.

Pour Lynn Maalouf, directrice de recherches d’Amnesty International pour le Moyen-Orient, « ces femmes n’auraient (…) jamais dû être emprisonnées et leur libération ne devrait certainement pas être temporaire ». « Elles ont été enfermées, séparées de leurs êtres chers, soumises à la torture et aux menaces pour avoir pacifiquement plaidé en faveur des droits des femmes et pour avoir exprimé leurs opinions », a-t-elle déploré.

Les militantes se disent victimes d'attouchements, d'électrocutions et de coups de fouets

Lors de l’audience de mercredi, certaines des détenues ont pleuré et se sont prises dans les bras, ont raconté deux personnes ayant assisté au procès. Les militantes ont accusé leurs interrogateurs d’attouchements, de les avoir électrocutées et fouettées, selon les mêmes sources. Le gouvernement a fermement démenti que ces femmes aient été torturées.

Plus d’une dizaine de militants et militantes avaient été arrêtés en Arabie Saoudite en mai 2018, un mois à peine avant la levée historique d’une mesure interdisant aux femmes de conduire dans le pays. La plupart de ces militants - ayant défendu le droit des femmes de conduire ou demandé la levée du système de tutelle - ont été accusés de porter atteinte aux intérêts nationaux et d’aider les « ennemis de l’Etat ».

Le procès, très suivi, a renforcé les critiques contre l’Arabie saoudite, dont l’image a été considérablement ternie à l’automne dernier dans l’affaire Khashoggi, du nom du journaliste et critique saoudien tué dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando venu de Riyad.