Identité: Le Danemark va priver de nationalité les enfants de djihadistes

ENFANTS Le nombre exact d'enfants danois nés sur le territoire de l'ancien «califat» de Daesh n'est pas connu

20 Minutes avec AFP

— 

Le drapeau du Danemark.
Le drapeau du Danemark. — Joseph Dean/REX Shutter/SIPA

La question de l’éventuel retour des enfants nés en Syrie et en Irak et dont les parents avaient rejoint les rangs de Daesh  préoccupe plusieurs pays européens. Les enfants de djihadistes danois nés à l’étranger n’auront pas la nationalité danoise, a annoncé jeudi le gouvernement après un accord avec son allié, la formation populiste du Parti du peuple danois. « Contrairement aux règles actuelles, les enfants qui vont naître dans des zones où il est illégal d’entrer ou de résider ne recevront pas automatiquement la nationalité danoise », a indiqué le ministère de l’Immigration et l’Intégration, dans un communiqué.

« Leurs parents ont tourné le dos au Danemark, il n’y a pas de raison que les enfants deviennent citoyens danois », a insisté la ministre, Inger Støjberg, citée dans le communiqué.

Neuf Danois ont perdu leur nationalité danoise

Au Danemark, rejoindre une zone de conflits, où une organisation terroriste est partie prenante et y combattre, est passible de poursuites depuis 2016. Treize personnes ont été condamnées pour avoir rejoint, ou tenté de rejoindre, une organisation terroriste. Neuf d’entre elles ont été déchues de leur nationalité danoise et expulsées, après une décision de justice. Les autres étant exclusivement danoises, elles ne peuvent pas être privées de nationalité, d’après la législation en vigueur. Le nouvel accord prévoit également que le retrait de la nationalité danoise, pour les binationaux, pourra désormais se faire par simple arrêté administratif.

Une quarantaine de djihadistes auraient des liens avec le Danemark

Copenhague estime qu’une quarantaine de djihadistes ayant des liens avec le pays scandinave se trouve actuellement sur le territoire de l’ancien « califat » de Daesh. Dix d’entre eux y sont emprisonnés. Le nombre exact d’enfants danois qui y sont nés n’est pas connu.