VIDEO. Italie: Cesare Battisti reconnaît sa responsabilité dans quatre meurtres

ENQUETE Ce revirement est intervenu au cours de l’interrogatoire de Cesare Battisti mené samedi et dimanche, a annoncé Alberto Nobili, le procureur de Milan 

20 Minutes avec AFP

— 

Cesare Battisti, ex-activiste d'extrême gauche italien condamné à la prison à perpétuité en Italie pour quatre meurtres
Cesare Battisti, ex-activiste d'extrême gauche italien condamné à la prison à perpétuité en Italie pour quatre meurtres — MIGUEL SCHINCARIOL / AFP

Condamné en Italie à la perpétuité pour quatre meurtres qu’il avait toujours niés, Cesare Battisti, l’ancien activiste italien d’extrême gauche, a finalement reconnu sa responsabilité dans ces événements, a annoncé, ce lundi, le procureur de Milan, Alberto Nobili.

Cesare Battisti, 64 ans, a reconnu toutes les charges pesant contre lui et ses responsabilités « dans quatre meurtres », a déclaré le procureur. Alberto Nobili a précisé que ce revirement est intervenu au cours de l’interrogatoire de Cesare Battisti qu’il a mené samedi et dimanche. L’ex-activiste a également présenté ses excuses aux familles de ses victimes pour la douleur causée, a ajouté Alberto Nobili.

Capturé et extradé mi-janvier en Bolivie après quarante ans de cavale

Cesa Battisti a été condamné en 1981 pour le meurtre, en 1978, d’Antonio Santoro, un gardien de prison et celui, en 1979, d’Andrea Campagna, un chauffeur de la police. Il a également été condamné pour complicité dans le meurtre, en 1979, d’un bijoutier, Pier Luigi Torregiani.

Son fils Alberto, 15 ans à l’époque, grièvement blessé au cours de cette attaque, était devenu tétraplégique. Il a aussi été condamné pour complicité du meurtre en 1979 d’un boucher, Lino Sabbadin. Cesare Battisti a été capturé à la mi-janvier en Bolivieaprès 40 ans de cavale, dont une quinzaine en France, et expulsé vers l’Italie. Après son retour à Rome, il a été transféré dans une prison de haute sécurité en Sardaigne où il purge sa peine.

«Cesare Battisti devra rester vivre au Brésil» estime son avocat français