15.000 passagers bloqués à l'aéroport de Phuket

INTERNATIONAL Prisonniers d'un conflit politique, ils attendent sur l'île thaïlandaise...

avec agence

— 

Des Affrontements entre la police gouvernementale et les manifestants de l'Alliance pour la démocratie (PAS) devant le parlement de Bangkok, le 29 août 2008.
Des Affrontements entre la police gouvernementale et les manifestants de l'Alliance pour la démocratie (PAS) devant le parlement de Bangkok, le 29 août 2008. — C.Subparasom/REUTERS

Les autorités thaïlandaises ont fermé «indéfiniment»
l’aéroport de Phuket, au sud du pays, en raison de la poursuite d’actions anti-gouvernementales dans la capitale du pays, Bangkok. Au total, 100 vols ont été annulés et 15.000 personnes sont actuellement bloquées sur la petite île touristique, ravagée par le tsunami de décembre 2004.

Vendredi, des milliers de protestataires avaient envahi le tarmac de l’aéroport en signe de solidarité avec les opposants qui occupent depuis mardi le siège du gouvernement. A la suite de cet incident, les autorités du pays avaient décrété la fermeture «temporaire» de l’aéroport, avant de clouer les avions au sol pour une durée indéfinie.

«Je veux rentrer chez moi»

Prisonniers du conflit qui oppose le gouvernement thaïlandais aux activistes présents dans l’aérogare, de nombreux passagers, victimes de la situation, n'ont pas hésité à exprimer leur frustration et leur colère. «Je veux rentrer chez moi. Je n'ai rien à voir avec tout ça», a lancé un touriste australien à l’AFP.

Dans l’attente d’une négociation et d’une résolution du conflit, le Premier ministre thaïlandais, Samak Sundaravej, a pour l'instant exclu le recours à la force pour déloger les manifestants du siège du gouvernement à Bangkok, ainsi que de l’aéroport.

L’information se construit avec vous. Vous êtes sur place? Envoyez-nous vos témoignages, photos et vidéos au 33320@20minutes.fr