Géorgie: Poutine accuse les Etats-Unis, Tbilissi limite les visas

CRISE En attendant le sommet extraordinaire de l'UE, lundi, les deux parties haussent le ton...

Avec agence

— 

"J'ai signé les décrets sur la reconnaissance par la Russie de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie", a-t-il dit dans une déclaration solennelle à la télévision russe.
"J'ai signé les décrets sur la reconnaissance par la Russie de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie", a-t-il dit dans une déclaration solennelle à la télévision russe. — Vladimir Rodionov AFP

En attendant le sommet extraordinaire de l’UE, lundi, Moscou et Tbilissi haussent le ton.

Poutine accuse les Etats-Unis...
L’ex-Président russe a lancé samedi une nouvelle diatribe anti-américaine. «Nous savons qu'il y avait en Géorgie de nombreux conseillers américains. C'est très mal d'armer une des parties dans un conflit ethnique et ensuite de pousser à régler un problème ethnique par la force», a indiqué Vladimir Poutine dans un entretien à la chaîne allemande ARD. L’actuel Premier ministre a aussi affirmé « penser que la direction américaine était au courant de l'action qui se préparait et, très probablement, y a pris part».

... et appelle l’UE à être «raisonnable»
Vladimir Poutine a d'autre part appelé l'UE à juger de façon «vraiment objective» la crise russo-géorgienne et à adopter une «position raisonnable» face à Moscou lors du sommet européen extraordinaire prévu lundi à Bruxelles. Pour mémoire, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, avait dans un premier temps laisser planer la possibilité de sanctions contre la Russie. Une option balayée dès le lendemain, vendredi, par l’Elysée, une source déclarant que «l’heure des sanctions n’est pas venue».

Tbilissi veut que l’Europe sanctionne «l’élite politique» russe...
Le gouvernement géorgien appelle pour sa part l’UE à marquer son désaccord face à l’action militaire contre la Géorgie et à la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. «Isoler la Russie n'a pas de sens, mais nous attendons de l'UE certaines sanctions qui ne viseront pas la population mais l'élite politique» russe, a déclaré à l'AFP le ministre de la Réintégration des territoires séparatistes géorgiens, Temour Iakobachvili.

... et limite la délivrance de visas aux citoyens russes
La diplomatie géorgienne a par ailleurs annoncé qu'elle limitait sévèrement la délivrance de visas aux citoyens russes, qui, à partir du 8 septembre, ne pourront aller en Géorgie que pour rendre visite à leurs familles, pour des raisons «humanitaires» ou pour des voyages d'affaires. «Ça signifie qu'il n'y aura pas de visas de tourisme», a précisé à l'AFP Khatouna Iossava, une responsable du ministère géorgien des Affaires étrangères.