Brexit: L'Eurostar pourra circuler en France même en cas de «no deal»

UNION EUROPÉENNE Le ministère de la Transition écologique et solidaire a accordé à la filiale française d’Eurostar (EFR) une licence ferroviaire qui lui permettra de circuler, même en cas de Brexit sans accord

20 Minutes avec agences

— 

Londres le 01 decembre 2011. Ambiance Illustration Train Eurostar. Voyage 2h  paris Londres en train.  Transport ferroviaire.
Londres le 01 decembre 2011. Ambiance Illustration Train Eurostar. Voyage 2h paris Londres en train. Transport ferroviaire. — A. GELEBART / 20 MINUTES

L’Eurostar continuera de faire des allers-retours entre Paris et Londres. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a accordé à la filiale française d’Eurostar (EFR) une licence ferroviaire qui lui permettra de circuler, même en cas de Brexit sans accord.

L’arrêté, publié au Journal Officiel jeudi, stipule que l’entreprise dispose d’une licence « valable pour effectuer des services de transport de voyageurs ». La société Eurostar France SAS avait fait une demande en ce sens le 12 février dernier.

Les trains britanniques en suspens en Europe

Les opérateurs ferroviaires n’ayant qu’une licence britannique (comme c’était jusque-là le cas de d’Eurostar) ne pourront plus circuler automatiquement dans l’Union européenne en cas de Brexit sans accord négocié. L’arrêté français précise que la licence n’ouvre pas droit à l’accès aux infrastructures ferroviaires « régies par la réglementation applicable à chaque pays de l’Union européenne ».

La compagnie Eurostar est détenue à 55 % par la SNCF, à 30 % par la Caisse de dépôt et placement du Québec, à 10 % par le fonds britannique Hermes Infrastructure et à 5 % par la SNCB belge. Elle assure des liaisons entre Londres et Paris, Bruxelles et Amsterdam via le tunnel sous la Manche.