VIDEO. Niger: Trois braconniers arrêtés avec des dizaines de carcasses d'animaux dans leurs camionnettes

PROTECTION ANIMALE Des dizaines de têtes et de peaux d’animaux étaient stockées dans les deux camionnettes interceptées

20 Minutes avec agences
— 
Un éléphant (illustration).
Un éléphant (illustration). — Tony Karumba AFP

Une saisie record de carcasses d’animaux a été effectuée ce week-end dans le Parc du W, à cheval sur le Niger, le Burkina Faso et le Bénin. Les agents des Eaux et forêts du Niger ont intercepté deux camionnettes conduites par trois braconniers d’origine nigériane.

Les véhicules contenaient notamment quatre têtes de buffles, une tête d’antilope cheval, des défenses d’éléphants, des peaux de serpents géants, des carcasses de viande de singe et d’autres animaux. Les agents ont aussi trouvé une dizaine de fusils de chasse, six vélos et diverses substances chimiques.

De multiples menaces sur le parc

Les trois braconniers ont été écroués. « C’est une saisie inédite et un exploit pour nos agents », a salué le gouverneur de la région du Dosso à la télévision. D’une superficie de 10.000 km2, le Parc du W est protégé depuis 2007 par la convention de Ramsar. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996.

Le parc, irrigué par le fleuve Niger, est le sanctuaire de grands mammifères : babouins, buffles, guépards, éléphants, hippopotames, léopards… Mais il est victime du braconnage, de la transhumance de milliers de têtes de bétail ainsi que d’une course effrénée pour la conquête de terres agricoles, selon les ONG.

Théâtre de plusieurs attaques d’islamistes opérant au Burkina Faso et au Niger, le Parc du W est désormais considéré comme une zone à haut risque. En novembre 2018, le Niger a confié à l’ONG française Noé la gestion de sa plus grande réserve naturelle, Termit et Toumma, grande de 97.000 km2.