Attentats de Christchurch: Des condamnations venues du monde entier après l’attaque de mosquées

TERRORISME L'attaque de deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande qui a fait 49 morts ce vendredi

20 Minutes avec AFP

— 

Une policière devant la mosquée  Masjid al Noor, le 15 mars 2019 à Christchurch.
Une policière devant la mosquée Masjid al Noor, le 15 mars 2019 à Christchurch. — Tessa BURROWS / AFP

Signe d’une « hausse de l’islamophobie » pour le président turc, rappel « douloureux » de la tuerie d’Utoya pour la Première ministre norvégienne… Les condamnations se sont multipliées ce vendredi après l'attaque de deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande qui a fait 49 morts.

L’Europe a condamné un « acte de violence insensé contre des innocents sur leur lieu de prière ». Cette attaque terroriste « ne peut pas être plus contraire aux valeurs et à la culture de paix et d’unité que l’Union européenne partage avec la Nouvelle-Zélande », a déclaré ce vendredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dans un communiqué.

Le « cancer » de l’Occident

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a « fermement » condamné « l’attentat terroriste commis contre des musulmans qui étaient en train de prier en Nouvelle-Zélande et je maudis ceux qui l’ont commis », a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur Twitter. Il a estimé que cette attaque était « un nouvel exemple de la hausse du racisme et de l’islamophobie ». « Il apparaît clairement que la vision portée par le tueur (…) est en train de gagner du terrain en Occident comme un cancer », a-t-il conclu.

La Première ministre norvégienne, Erna Solberg a appelé à lutter contre « toutes les formes d’extrémisme », après cette attaque qui rappelle selon elle « douloureusement » les attentats perpétrés en 2011 par l’extrémiste de droite norvégien Anders Behring Breivik. « J’espère que tous ceux qui sont impliqués dans ce crime seront dûment punis », a déclaré pour sa part le président russe Vladimir Poutine dans un télégramme à la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.

Un deuil partagé

« Toutes nos pensées pour les victimes des crimes odieux contre les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande et pour leurs proches. La France se dresse contre toute forme d’extrémisme et agit avec ses partenaires contre le terrorisme dans le monde », a réagi le président français Emmanuel Macron sur Twitter. « Je partage le deuil des Néo-Zélandais pour leurs concitoyens attaqués et tués par haine raciste alors qu’ils priaient pacifiquement dans leurs mosquées », a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel dans un tweet publié par son porte-parole.

« Au nom du Royaume-Uni, mes plus sincères condoléances aux Néo-Zélandais après l’effroyable attaque terroriste à Christchurch. Mes pensées vont à tous ceux qui sont touchés par cet acte de violence ignoble », a indiqué la Première ministre britannique Theresa May dans un tweet de Downing Street.

« Nous condamnons fermement ce type d’actes violents », a déclaré le président indonésien Joko Widodo à la presse. « Le gouvernement d’Indonésie et moi-même transmettons nos sincères condoléances aux victimes ».