Donald Trump à son retour à la Maison-Blanche après sa visite médicale, le 8 février 2019.
Donald Trump à son retour à la Maison-Blanche après sa visite médicale, le 8 février 2019. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

ACCIDENT

Crash d'Ethiopian Airlines: Pour Donald Trump, les avions sont devenus «beaucoup trop complexes» à piloter

« Il n’y a plus besoin de pilotes mais plutôt d’informaticiens du MIT (Massachusetts Institute of Technology) », a ironisé le président américain

Deux jours après le crash d’un Boeing 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines qui a coûté la vie à 157 personnes, le président américain, Donald Trump, a réagi, ce mardi, en affirmant sans sourciller que les avions étaient devenus « beaucoup trop complexes à piloter ».

« Les avions deviennent beaucoup trop complexes à piloter », a tweeté Donald Trump. « Il n’y a plus besoin de pilotes mais plutôt d’informaticiens du MIT (Massachusetts Institute of Technology) », a-t-il ironisé.

« Ce qui est vieux et simple fonctionne bien mieux »

« Je constate cela pour de nombreux produits. Toujours chercher un nouveau développement inutile alors que, souvent, ce qui est vieux et simple fonctionne bien mieux », a poursuivi le président américain. « Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne veux pas d’un Albert Einstein comme pilote », a poursuivi Donald Trump. « Je veux de grands professionnels qui puissent facilement et rapidement prendre le contrôle de leur avion ! » Depuis l’accident, la liste des pays qui ont pris le parti de fermer leur espace aérien aux Boeing 737 MAX ne fait que s’allonger.

Les Etats-Unis, eux, ont décidé de ne pas clouer les Boeing 737 MAX au sol, mais ont demandé à l’avionneur de procéder à des modifications sur le modèle. Si les causes de l’accident de l’avion d’Ethiopian Airlines ne sont pas encore connues, le crash d’un appareil de Lion Air en Indonésie le 29 octobre dernier avait braqué l’attention sur les capteurs d’incidence (AOA), dont un dysfonctionnement peut conduire l’ordinateur de bord, pensant être en décrochage, à mettre l’appareil en piqué alors qu’il faudrait au contraire le redresser.