Grande-Bretagne: L’une des anciennes infirmières de Stephen Hawking interdite d’exercer

DECISION Patricia Dowdy, qui s'est occupée de Stephen Hawking pendant quinze ans, avait été suspendue provisoirement en mars 2016

20 Minutes avec AFP

— 

Stephen Hawking à Cambridge, le 19 septembre 2013.
Stephen Hawking à Cambridge, le 19 septembre 2013. — ANDREW COWIE / AFP

Accusée de manquements dans les soins prodigués, une des anciennes infirmières de Stephen Hawking, le célèbre physicien décédé en mars 2018, a été interdite d’exercer, a annoncé, ce mardi, le conseil des infirmières et sages-femmes (Nursing and Midwifery Council - NMC), l’organisme de contrôle de sa profession.

Patricia Dowdy, 61 ans, « n’a pas répondu aux normes de qualité et de professionnalisme des soins que nous attendons et que le professeur Hawking méritait », a expliqué le NMC dans un communiqué publié sur son site internet. « En conséquence, madame Dowdy ne pourra plus exercer en tant qu’infirmière ».

L’infirmière accusée de ne pas disposer des qualifications requises

Patricia Dowdy, qui s’est occupée de Stephen Hawking pendant quinze ans, avait fait l’objet d’une suspension provisoire en mars 2016. « Madame Dowdy était visée par plusieurs accusations de fautes professionnelles, en lien avec les soins qu’elle apportait au professeur Stephen Hawking » a précisé le NMC.

L’infirmière était notamment accusée d'« abus financier, de malhonnêteté, de ne pas avoir fourni les soins appropriés, de ne pas avoir coopéré avec le NMC, et de ne pas disposer des qualifications requises ». Selon le tabloïd Mail on Sunday​, la famille du scientifique avait fait part au NMC de ses préoccupations concernant l’attitude de madame Dowdy, ce qui avait abouti à l’ouverture d’une enquête. « Nous sommes reconnaissants envers la famille de nous avoir fait part de leurs inquiétudes », a déclaré l’un des directeurs du NMC, Matthew McClelland.

Une figure scientifique de premier ordre

Atteint de la maladie de Charcot, diagnostiquée en 1964, Stephen Hawking a passé la majeure partie de sa vie confiné dans un fauteuil roulant, presque complètement paralysé et incapable de parler, sauf à travers un synthétiseur vocal. Malgré ce handicap, ce professeur à l’université de Cambridge avait consacré sa vie à l’étude de l’univers jusqu’à devenir une figure scientifique de premier ordre et une personnalité publique au Royaume-Uni.

Mardi, The Royal Mint, l’organisme chargé de frapper la monnaie au Royaume-Uni, a présenté une nouvelle pièce de collection de 50 pence inspirée de Stephen Hawking et de son travail de pionnier sur les trous noirs, vendue au prix minimum de… 10 livres (11,65 euros).