VIDEO. Algérie: Emmanuel Macron «salue» la décision de Bouteflika et appelle à «une transition d'une durée raisonnable»

ELECTIONS Abdelaziz Bouteflika a annoncé lundi sa décision de ne pas briguer de cinquième mandat, face à un mouvement de contestation inédit en Algérie

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron, le 19 février 2019 à Paris.
Emmanuel Macron, le 19 février 2019 à Paris. — LUDOVIC MARIN / AFP

Le président français Emmanuel Macron a salué ce mardi à Djibouti « la décision » de son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat et a appelé à « une transition d’une durée raisonnable ».

« Je salue la décision du président Bouteflika, qui signe une nouvelle page dans le développement de la démocratie algérienne », a déclaré le chef de l’Etat français au cours d’une conférence de presse avec son homologue djiboutien Ismaïl Omar Guelleh. « Je salue la dignité avec laquelle la population, en particulier la jeunesse algérienne, a su exprimer ses espoirs, sa volonté de changement, ainsi que le professionnalisme des forces de sécurité », a déclaré Emmanuel Macron.

« Dans les prochaines semaines ou mois »

Le président algérien, confronté depuis deux semaines à une contestation inédite en vingt ans de pouvoir, a annoncé lundi renoncer à briguer un cinquième mandat et le report sine die de la présidentielle à l’origine prévue pour le 18 avril.

Dans un message à la nation diffusé par l’agence officielle de presse APS, il a précisé que cette élection aurait lieu « dans le prolongement » d’une « conférence nationale » chargée de réformer le système politique et de rédiger un projet de Constitution d’ici à fin 2019.

Emmanuel Macron a souhaité que cette conférence puisse s’organiser dans « les prochaines semaines et les prochains mois » afin qu’elle débouche sur une « transition d’une durée raisonnable ». « Je pense que c’est un signe de maturité » et « nous ferons tout pour accompagner l’Algérie dans cette transition avec amitié et avec respect », a-t-il ajouté. « La France exprime l’espoir qu’une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s’engager rapidement », avait déjà réagi lundi soir le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian.