Algérie: La France «salue» la décision d'Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat

DIPLOMATIE « La France réitère son attachement à ses liens d’amitié avec l’Algérie en formant des vœux de paix, de stabilité et de prospérité pour l’ensemble de son peuple », a souligné le ministre français des Affaires étrangères

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, le 16 janvier 2019 au Sénat.
Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, le 16 janvier 2019 au Sénat. — AFP

Jean-Yves Le Drian, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon… Par communiqué ou sur Twitter, les premières réactions politiques en France à l’annonce du renoncement d'Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat à la tête de l’Algérie ont toutes souligné la belle dynamique du peuple algérien.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a « salué », lundi soir dans un communiqué, la décision du président algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat et de « prendre des mesures pour rénover le système politique algérien ». « Je salue la déclaration du président Bouteflika par laquelle il annonce ne pas solliciter un cinquième mandat et prendre des mesures pour rénover le système politique algérien », a déclaré le ministre.

« Chapeau le peuple algérien ! »

« Au lendemain des grandes manifestations, qui se sont déroulées dans le calme et la dignité à travers toute l’Algérie, la France exprime l’espoir qu’une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s’engager rapidement », a ajouté le chef de la diplomatie française. Et de conclure : « La France réitère son attachement à ses liens d’amitié avec l’Algérie en formant des vœux de paix, de stabilité et de prospérité pour l’ensemble de son peuple. »

A la suite du communiqué de Jean-Yves le Drian, celles des politiques ne se sont pas fait attendre. Sur twitter, Jean-Luc Mélenchon (LFI) a souligné que « par sa mobilisation massive, le peuple algérien » obtenait « la satisfaction de sa principale revendication : Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenter à la présidentielle ». Et le chef de file de La France insoumise de lancer un « Chapeau le peuple algérien ! En France on devrait y réfléchir ! »

« Bouteflika renonce. La preuve qu’un peuple debout peut arriver à ses fins. Force et courage au peuple algérien ! », a, de son côté, tweeté Ian Brossat (PCF).

Le président algérien, confronté depuis deux semaines à une contestation inédite en vingt ans de pouvoir, a annoncé plus tôt lundi renoncer à briguer un cinquième mandat et le report sine die de la présidentielle prévue le 18 avril.

Dans un message à la nation publié par l’agence officielle APS, il précise que la présidentielle aura lieu « dans le prolongement » d’une conférence nationale chargée de réformer le système politique et d’élaborer un projet de Constitution d’ici à fin 2019. Le président Bouteflika avait regagné l’Algérie dimanche, à l’issue de deux semaines d’hospitalisation en Suisse pour des « examens médicaux ».