VIDEO. Algérie: Abdelaziz Bouteflika renonce à un cinquième mandat et reporte l'élection présidentielle

POLITIQUE Confronté depuis le 22 février à une contestation sans précédent depuis sa première élection en 1999, le président algérien est affaibli depuis 2013 par les séquelles d’un AVC

20 Minutes avec AFP

— 

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika à Alger, le 23 novembre 2017.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika à Alger, le 23 novembre 2017. — RYAD KRAMDI / AFP

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika cible d’une contestation inédite en 20 ans de pouvoir, a renoncé lundi soir à briguer un 5e mandat et reporté sine die la présidentielle du 18 avril, prolongeant de fait son actuel mandat.

« Il n’y aura pas de cinquième mandat » et « il n’y aura pas d’élection présidentielle le 18 avril prochain », a annoncé le président Bouteflika, au lendemain de son retour en Algérie, après deux semaines d’hospitalisation en Suisse officiellement pour des « examens médicaux ».

Un concert ininterrompu de klaxons dans le centre d’Alger

L’annonce faite par le chef de l’Etat dans un message à la nation publié par les médias officiels a aussitôt été saluée par un concert ininterrompu de klaxons dans le centre d’Alger, déserté par la police, pourtant déployée en nombre durant la journée. « Pacifiquement, on a fait tomber la marionnette ! », chantaient des Algérois lundi soir, en référence au surnom donné au président dans une chanson et à un des mots d’ordre de la contestation : « pacifique ! ».

La prochaine présidentielle « aura lieu dans le prolongement de la conférence nationale inclusive et indépendante (…) équitablement représentative de la société algérienne » et qui « devra s’efforcer de compléter son mandat avant la fin de l’année 2019 », a également expliqué le chef de l’Etat. Cette conférence « fixera souverainement la date de l’élection présidentielle à laquelle je ne serai en aucun cas candidat », a-t-il assuré.

Le nouveau vice-Premier ministre Ramtane Lamamra

Toutefois, en s’engageant dans ce texte « à remettre les charges et les prérogatives de président de la République au successeur que le peuple algérien aura librement élu », Abdelaziz Bouteflika indique qu’il restera chef de l’Etat au-delà de l’expiration de son mandat le 28 avril 2019 et ce jusqu’à l’élection d’un successeur.

Le président Bouteflika a parallèlement limogé l’une des têtes de turcs favorites des manifestants, l’impopulaire Premier ministre Ahmed Ouyahia, remplacé par Noureddine Bedoui, jusqu’ici ministre de l’Intérieur. Ce dernier a été chargé lundi soir de former un nouveau gouvernement. Noureddine Bedoui est aujourd’hui flanqué d’un vice-Premier ministre [poste qui n’était plus pourvu depuis 2012], Ramtane Lamamra, un diplomate chevronné et estimé à l’étranger qui retrouve également le portefeuille des Affaires étrangères qu’il avait détenu entre 2013 et 2017.

Confronté depuis le 22 février à une contestation sans précédent depuis sa première élection en 1999, le président algérien Bouteflika 82 ans, affaibli depuis 2013 par les séquelles d’un AVC, avait été hospitalisé le 24 février à Genève (Suisse) pour des « examens médicaux périodiques ». Selon plusieurs chaînes algériennes d’information, l’avion aux couleurs du gouvernement algérien supposé ramener de Genève le chef de l’Etat a atterri ce dimanche à la base militaire aérienne de Boufarik, à une quarantaine de kilomètres au sud d’Alger.