Réformes de l'U.E: Merkel favorable à un siège européen unique à l'ONU

ONU La France reste sceptique au sujet d'un siège européen à l'ONU

20 Minutes avec AFP

— 

La chancelière allemande Angela Markle lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre de Lettonie à Berlin le 11 mars 2019.
La chancelière allemande Angela Markle lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre de Lettonie à Berlin le 11 mars 2019. — Tobias SCHWARZ / AFP

La chancelière allemande a apporté lundi son soutien à des propositions du parti conservateur pour l’Europe qui se démarquent de celles du président français, prônant notamment un siège européen unique au Conseil de sécurité de l'ONU.

« Je pense qu’il s’agit d’un très bon concept pour l’avenir », a déclaré la chancelière allemande à Berlin à propos des propositions de réformes de l’Union européenne publiées au cours du week-end par celle qui l’a remplacée en décembre à la tête du parti démocrate-chrétien allemand (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée AKK.

Réunir les voix européennes au Conseil de sécurité de l’ONU

Parmi ces propositions, qui se veulent une réponse aux idées pour l’Europe récemment présentées par Emmanuel Macron, figure notamment la création d’un siège européen au Conseil de sécurité de l’ONU. Et Angela Merkel a souligné que ce siège devait avoir pour vocation « de réunir les voix européennes au Conseil de sécurité de l’ONU », et donc de faire disparaître le siège dont dispose la France pour elle seule depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La chancelière avait déjà soutenu l’an dernier l’idée d’un tel siège européen, à défaut de pouvoir en obtenir un pour l’Allemagne, mais sans expliciter si cela devait passer par la suppression de ceux de la France ou du Royaume-Uni. Une perspective qui risque d’être difficile à faire accepter par Paris.

Le siège de la discorde

« Le fait que la France est sceptique au sujet d’un siège européen à l’ONU est connu », s’est bornée à dire la chancelière, interrogée lors d’une conférence de presse avec son homologue letton. En prônant une telle évolution, la chancelière et son parti se rangent aux côtés d’une proposition déjà avancée par le ministre social-démocrate des Finances, Olaf Scholz, récemment. Ce sujet n’est pas le seul potentiellement conflictuel avec la France dans le programme pour l’Europe de la nouvelle présidente de la CDU. Il demande aussi la suppression du Parlement européen à Strasbourg, auquel tient la France, pour ne plus siéger que dans celui de Bruxelles. Et il s’oppose à l’idée d’un salaire minimum européen.

Emmanuel Macron a lui proposé la création d’un « bouclier social » pour les Européens et évoqué dans ce contexte « une même rémunération sur le même lieu de travail et un salaire minimum européen, adapté à chaque pays ».