«Internet a transformé la manière de faire campagne»

USA 2008 Interview de Tracy Russo, ex-Madame Internet de John Edwards, sur la stratégie des...

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

 Le site Internet d'Obama, arme centrale de sa stratégie
 Le site Internet d'Obama, arme centrale de sa stratégie — BarackObama.com

Elle s’occupait de la stratégie Internet du démocrate John Ewards, reconnu comme l’un des candidats les plus efficaces sur le web. Entretien avec Tracy Russo.

 

De 1 à 10, quelle note donnez-vous à la stratégie Internet de McCain et Obama?

C’est dur de ne pas donner 10/10 à Barack Obama. Et je ne dis pas ça seulement parce que je suis démocrate. Il a pris le meilleur de ce que tous les autres faisaient (un site Internet ultra moderne, des blogueurs, une forte présence vidéo et sur les sites communautaires) mais il a réussi à aller plus loin: que ces gens derrière leur ordinateur se lèvent et sortent s’impliquer sur le terrain.

Pour McCain, tout est plus traditionnel, même si cela s’améliore récemment. Le site est bien moins pratique. Si je veux trouver des événements proches de chez moi, les emails de campagne moins réactifs. Je lui donnerais 5/10. Et je suis généreuse.

 

McCain faisait parti pourtant des bons élèves en 2000 sur sa capacité à lever des fonds en ligne. Pourquoi une telle différence avec Obama aujourd’hui?

Parce que pour réussir comme Obama en ligne, vous devez être prêt à abandonner de votre pouvoir. Donner de l’autonomie et des responsabilités à toute la communauté derrière vous, pour s’organiser, débattre, s’impliquer, donner du temps et de l’argent. C’est un tout, qu’Obama a vraiment réussi à construire de la base vers le haut. En ce sens, Internet a transformé la manière de faire campagne. Traditionnellement, les républicains sont plus rigides là-dessus. Plus craintifs quand il s’agit de lâcher un peu de contrôle.

 

Avec Internet, tout circule très vite. Trop vite?

Globalement l’impact du web sur la politique est positif. Les gens s’informent plus facilement, plus vite, et davantage. Avec des caméras et des micros partout, les candidats ne peuvent aussi plus vraiment tenir de double discours. Les technologies modernes les obligent à plus d’authenticité. Le côté négatif, c’est que la moindre erreur, le moindre lapsus va se retrouver sur YouTube et prendre des proportions parfois ridicules. Les médias ont leur part de responsabilité.

 

John McCain a reconnu n’avoir jamais envoyé de mails de sa vie. Est-ce gênant pour appréhender des dossiers type droits d’auteur, logiciels libres ou net neutrality (*) ?

Personne n’attend, même du président, qu’il soit un expert de tous les dossiers. Mais peu importe son âge: vu ses responsabilités, c’est anormal et inquiétant qu’il n’y connaisse rien à Internet. Comment pouvez-vous comprendre tous les changements majeurs induits dans une société en mouvement en passant à côté de cette révolution ?

 

Obama n’est pas forcément un expert…

Non, mais il a sans doute une bien meilleure capacité à comprendre les suggestions de ces conseillers sur ces dossiers.

 

Question vitale, plutôt Mac ou PC?

Récente convertie au Mac, après avoir longtemps résisté!
 

(*) Net Neutrality, ou «neutralité de réseau» est le principe selon lequel un opérateur télécom ne doit pas contrôler/favoriser/hiérarchiser l’acheminement des données sur son réseau. En gros, éviter par exemple que Orange, fournisseur d’accès à Internet, ne rende l’accès à Yahoo.fr plus lent qu’à Google.fr par ce que l’un le paierait davantage (ou pour tout autre raison). Le dossier, largement débattu aux Etats-Unis, est beaucoup plus vaste, notamment sur des questions de censure gouvernementale.usa2008