Denver vu par un blogueur: «C'est aussi notre convention»

USA 2008 Interview d'un rédacteur de DailyKos, alors que les blogueurs seront présents en force à la convention démocrate à Denver...

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

Une supportrice de Barack Obama, avant la convention démocrate de Denver, le 24 août 2008.
Une supportrice de Barack Obama, avant la convention démocrate de Denver, le 24 août 2008. — REUTERS/Shannon Stapleton

De notre correspondant à Los Angeles

Blogueurs politique et journalistes citoyens ont réussi à se forger une voix qui porte. Aux conventions, ils seront lus, écoutés, disséqués. Entretien sur le phénomène avec l’un de ses acteurs, David Wadlman, plus connu sous sa signature Kagro X sur DailyKos. Le site, lancé comme le blog personnel de Markos Moulitsas en 2002, est devenu la plus importante plateforme collaborative libérale. «Progressiste», reprend David.

 

Etre présent à la convention démocrate, c’est une reconnaissance?

En un sens, oui. Mais attention. Les blogueurs qui siègeront avec leur délégation sont des blogueurs locaux, de chaque état. C’est une reconnaissance de la niche importante qu’ils occupent, car ce sont eux qui connaissent le mieux les candidats et les délégués, et ils fourniront aux électeurs et autres activistes le meilleur rendu, de l’intérieur. DailyKos, en tant que blog national ne siègera pas dans le hall. Mais nous serons là, juste à côté, pour couvrir l’événement à notre manière. Nous avons construit notre propre structure, un bâtiment de deux étages, avec espaces de travail, salles de réunions, nourriture… Tout ce qu’il faut. On ne vient pas ici comme invités spéciaux. On vient parce que nous sommes démocrates et que c’est notre convention.

 

Qu’est-ce que les blogueurs ont changé dans le paysage politique?

Une chose fondamentale: il est désormais plus facile d’accéder au «marché» politique. Aux Etats-Unis, la politique est un grand jeu professionnel. Vous avez des campagnes menées par des consultants payés, qui planifient la stratégie, et un petit cercle d’exécutants dans les bureaux et sur le terrain. La participation des citoyens était limitée à donner de l’argent ou se porter volontaire pour coller des timbres sur les enveloppes. Il fallait être un professionnel ou appartenir aux médias pour simplement commenter publiquement la politique.

Le blogging a changé la donne, vous permettant de vous exprimer sur des plateformes accessibles à tous, et même de devenir un acteur. Ca a commencé en levant de l’argent auprès de groupes d’internautes. Et quand vous devenez suffisamment important, votre voix est écoutée sur la stratégie, et, objectif final, sur les décisions politiques. Mais il reste encore beaucoup à faire sur ce dernier point.

 

Sur les décisions stratégiques justement, les leçons des deux dernières défaites (d’Al Gore et John Kerry) face à Bush ont-elles été tirées ?

Toutes, je ne sais pas, mais il ne faut aucun doute que les démocrates ont appris chèrement que l’agressivité avec laquelle les républicains sont capables de mener une campagne est très efficace. Mais il y a encore trop de démocrates un peu naïfs qui pensent que les différences entre les deux partis ne sont qu’une rivalité dont on peut sortir vainqueur en bonne camaraderie avec quelques poignées de main. Je parlais de «jeu politique», à tort. Pour les républicains, c’est terriblement sérieux.

 

Sérieux aussi entre blogueurs rivaux démocrates… (DailyKos et MyDD se sont violemment affrontés au printemps)

De mémoire, je n’ai jamais vu de primaires particulièrement tendres. Mais avant, elles ne duraient pas aussi longtemps, et surtout, il n’y avait pas toutes ces traces permanentes de ce que tout le monde dit. Par certains aspects, il faut voir les commentaires après un billet comme les conversations que les gens échangeaient à la machine à café au bureau. Il y a toujours eux des désaccords et des discussions animées entre démocrates. Simplement, à la fin de la journée, tout le monde a oublié ce qui s’est dit à la machine à café. Pas sur un blog.