Espagne: Des employés de l'ambassade nord-coréenne séquestrés par un «commando»

ENQUETE Une enquête est en cours, selon le ministère de l’Intérieur espagnol mais aucune plainte n’a été enregistrée

L.Br.

— 

Une voiture de police dans les rues de Madrid (image d'illustration).
Une voiture de police dans les rues de Madrid (image d'illustration). — GABRIEL BOUYS / AFP

L’affaire est entourée de mystère en Espagne. A Madrid, des membres du personnel de l’ambassade nord-coréenne ainsi que des invités ont été séquestrés pendant au moins quatre heures dans la soirée du vendredi 22 février, selon Le Mondequi raconte l’affaire. Les assaillants ont ensuite pris la fuite, après avoir dérobé du matériel informatique.

Huit personnes ont été détenues par un « commando » de 10 assaillants pendant quatre heures dans l’ambassade nord-coréenne. Les victimes, des employés et des invités qui étaient là pour la soirée, ont été bâillonnées, menottées, interrogées et battues, la tête recouverte d’un sac, selon El Pais. Au moins trois personnes présentent des bleus causés par de forts coups.

Une affaire d’espionnage politique envisagée

C’est une femme qui a donné l’alerte. Elle a réussi à sortir de l’ambassade nord-coréenne qui se trouve dans le nord-ouest de la capitale espagnole. Les voisins, alertés par ses cris, ont appelé la police. Des agents ont alors essayé de pénétrer dans le bâtiment. C’est un homme bien habillé qui leur ouvre la porte. Il porte un pin’s du régime nord-coréen, selon Le Monde, et leur dit que tout est en ordre. Quelques minutes plus tard, deux voitures sont sorties du bâtiment à toute vitesse, embarquant des documents et des ordinateurs. Retrouvées peu de temps après, les deux voitures appartenant à l’ambassade sont l’objet de minutieuses inspections.

Une enquête est en cours, selon le ministère de l’Intérieur espagnol mais aucune plainte n’a été enregistrée. L’ambassadeur nord-coréen a été expulsé du pays en septembre 2017 dans le cadre des sanctions contre les essais nucléaires de la Corée du Nord. Une affaire d'« espionnage politique » n’est pas écartée, selon les policiers. Cette affaire a lieu alors que Kim Jong-un et Donald Trump se sont retrouvés au Vietnam pour un nouveau sommet diplomatique cette semaine.