Un premier bilan du coût humain du conflit en Géorgie

GEORGIE Victimes, déplacés, aide humanitaire, 20minutes.fr fait le point...

Sylvain Mouillard

— 

AFPTV
Quinzième jour de conflit entre la Russie et la Géorgie. Les troupes russes accélèrent ce vendredi leur retrait de Géorgie, mais se préparent à déployer 500 soldats dans les zones tampons à proximité de l'Ossétie du Sud.

>> Plus d’informations à venir sur 20minutes.fr sur le retrait russe

Alors que la phase la plus aigue de la crise semble être passée, 20minutes.fr fait le point sur le bilan humain et la situation humanitaire dans la région. Toutes les données chiffrées sont à prendre avec précaution, en fonction de leur origine.

Victimes

Les autorités géorgiennes ont annoncé le 16 août que 182 personnes ont été tuées de leur côté durant le conflit (115 militaires et 67 civils).

1.000 blessés sont actuellement soignés dans les hôpitaux géorgiens, qui ont annoncé être en mesure de les prendre en charge, sans l’aide des organisations humanitaires.

Du côté russe, deux bilans sont communiqués. Celui de l’armée, selon lequel 64 militaires ont été tués et 323 blessés durant les opérations militaires. Enfin, plus de 1.600 civils d’Ossétie du Sud auraient été tués pendant l’offensive géorgienne. Mais ces chiffres sont invérifiables et suscitent le doute de nombreux observateurs dans la région.

Déplacés (ou réfugiés)

La différence de vocabulaire est de taille: les Russes ont tendance à parler de «réfugiés», ce qui sous-entendrait que les Ossètes ou Abkhazes arrivant à Tbilissi appartiendraient à un pays différent de la Géorgie. Les Géorgiens et la plupart des organisations internationales parlent de «déplacés».

Au total, selon les différentes estimations fournies par la Commission européenne, le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), il y aurait entre 100.000 et 160.000 personnes déplacées dans la région.

L’Ossétie du Sud, qui compte environ 70.000 habitants, aurait vu près de la moitié de sa population fuir vers l’Ossétie du Nord durant le conflit, selon Moscou. Mais un mouvement de retour serait en cours, notamment vers la capitale de la province sécessionniste, Tskhinvali.

Aide humanitaire

Le HCR estime que 25.000 personnes ont besoin d’aide actuellement dans l’ouest et le centre de la Géorgie. Mais l’accès à certaines régions reste difficile. Vendredi, MSF n’avait pas accès à l’Ossétie du Sud.

Aide financière

Les Nations unies ont lancé lundi un appel à contributions de 58,6 millions de dollars pour venir en aide de toute urgence aux populations affectées par le conflit entre la Géorgie et la Russie. L’Union européenne a déjà débloqué 6 millions d’euros, les Etats-Unis plus de 7.

La reconstruction des zones dévastées par la guerre prendra également du temps. Jeudi, le CICR a parlé de «sentiment global de désolation» en Ossétie du Sud.