VIDEO. Venezuela: Quatre militaires «quittent la dictature de Nicolas Maduro» et passent en Colombie

ADIOS Quatre militaires vénézuéliens, dont trois membres de la Garde nationale, ont franchi le pont qui reliait le pays à la Colombie ce samedi

20 Minutes avec AFP

— 

Un militaire vénézuélien, sur le pont Simon Bolivar à la frontière avec la Colombie ce samedi 23 février.
Un militaire vénézuélien, sur le pont Simon Bolivar à la frontière avec la Colombie ce samedi 23 février. — Luis Robayo/AFP

C’est un camouflet pour Nicolas Maduro, à la tête du Venezuela. Quatre militaires vénézuéliens ont déserté ce samedi, leur régiment. Ils ont franchi deux ponts frontaliers avec la Colombie, fermés sur ordre du gouvernement de Nicolas Maduro pour empêcher l’entrée de l’aide humanitaire, ont annoncé les autorités colombiennes.

Trois de ces membres de la Garde nationale bolivarienne ont renversé, avec un véhicule blindé, l’une des barrières de sécurité du pont Simon-Bolivar qui unit les deux pays, dans la ville frontalière de Cucuta, selon un responsable du service colombien des migrations. Une femme, qui se trouvait au poste-frontière, a été blessée lors de leur passage. Un journaliste de l’AFP a vu des traces de sang sur la barrière.

« Ils ont déserté la dictature de Nicolas Maduro »

Dans un communiqué aux médias, le service des migrations a indiqué que ces militaires « ont déserté la dictature de Nicolas Maduro ». Le rang de ces gardes n’a pas été précisé. Selon la même source, un sergent de la garde a également déserté après avoir traversé un autre des ponts qui relie le Venezuela à Cucuta, où sont stockées des dizaines de tonnes d’aliments et de médicaments envoyés des Etats-Unis.

Les trois premiers gardes sont passés sur le territoire colombien après avoir laissé le véhicule du côté vénézuélien, où il a été retiré par d’autres militaires, ont ajouté des sources policières sous couvert d’anonymat.

Crainte d’une intrusion militaire des Etats-Unis

Le gouvernement de Maduro avait annoncé vendredi soir la fermeture de la frontière dans l’état de Tachira (ouest), frontalier de Cucuta. Cette mesure concerne le pont Simon Bolivar, passage piétonnier le plus important, du côté de la ville vénézuélienne de San Antonio de Tachira, ainsi que le pont La Union à Boca de Grita et le pont Santander à Ureña. Un quatrième pont, celui de Tienditas entre Ureña (Tachira, Venezuela) et Cucuta (Norte de Santander, Colombie), est bloqué depuis début février avec des conteneurs installés par l’armée vénézuélienne.

Avec à sa tête le chef du parlement Juan Guaido, l’opposition à Maduro entend faire entrer samedi l’aide stockée dans des entrepôts de Cucuta, mais refusée par le régime chaviste qui y voit les prémices à une intervention militaire des Etats-Unis.