Maison de l'horreur: Les époux Turpin plaident coupable d'avoir torturé leurs enfants

ETATS-UNIS Une de leur fille avait réussi à s'échapper et à sonner l'alerte en janvier 2018  

20 Minutes avec AFP

— 

David et Anna Turpin ont été arrêtés le 14 janvier 2018 et sont accusés d'avoir retenu prisonniers leurs 13 enfants.
David et Anna Turpin ont été arrêtés le 14 janvier 2018 et sont accusés d'avoir retenu prisonniers leurs 13 enfants. — RIVERSIDE POLICE

L’affaire avait horrifié l’Amérique. Les parents californiens David et Louise Turpin, poursuivis pour avoir séquestré, enchaîné et maltraité douze de leurs treize enfants dans leur « maison de l’horreur » de la ville de Perris, ont plaidé vendredi « coupable », reconnaissant notamment des actes de torture, ont annoncé les services du procureur de Riverside. Au total, l’homme de 56 ans et son épouse de 50 ans doivent répondre de près d’une centaine d’actes criminels et risquent la prison à perpétuité, avec une peine de sûreté de 25 ans.

C’est l’une des filles, âgée de 17 ans à l’époque, qui avait donné l’alerte en janvier 2018 après avoir échappé à la surveillance des parents geôliers. Les policiers avaient retrouvé les enfants, âgés aujourd’hui de 3 à 30 ans, pour certains enchaînés à un lit, dans des conditions d’extrême saleté et de malnutrition sévère.

13 enfants âgés de 2 à 29 ans

Un juge doit décider de la peine qui leur sera infligée lors d’une audience le 19 avril prochain.

« C’est l’un des pires cas de maltraitance sur des enfants que j’ai vu dans ma carrière de procureur », a lancé lors d’une conférence de presse le procureur du comté de Riverside, en Californie, Michael Hestrin.

C’est l’une des filles, âgée de 17 ans à l’époque, qui avait donné l’alerte en janvier 2018 après avoir échappé à la surveillance des parents geôliers en fuyant par une fenêtre de leur maison de Perris, une petite ville à une centaine de kilomètres à l’est de Los Angeles.

L’adolescente avait alors pu appeler les secours, expliquant à l’opérateur que ses deux soeurs cadettes étaient « enchaînées à leur lit », si étroitement que leurs corps étaient marqué par les contusions, d’après les témoignages. « Ils nous enchaînent si on fait des choses qu’on n’est pas censés faire (…) Parfois mes soeurs se réveillent et commencent à pleurer » à cause de la douleur, avait ajouté la jeune fille dans un enregistrement diffusé durant une audience.

A leur arrivée dans ce que les médias américains ont surnommé « la maison de l’horreur », les policiers avaient effectivement retrouvé certains des enfants Turpin. Tous, sauf le plus jeune, étaient dans des conditions d’extrême saleté et de malnutrition sévère.